Les syndicats de police dénoncent les agressions de plus en plus violentes contre les forces de l'ordre en Guadeloupe

police nationale
© cc-by police nationale

Nous en savons un peu plus sur le fait divers de vendredi matin. un policier a été blessé par arme blanche par un individu qui venait juste d'agresser une femme à Pointe-à-Pitre. Les fonctionnaires ont du faire usage de leur arme à feu pour stopper l'individu.

Olivier Lancien
Publié le

Nous nous sommes intéressés au récit des trois fonctionnaires de police présents sur les lieux. Au fil du récit il est clair que l'homme qui a sévèrement blessé un d'entre eux avait une intention de tuer.
Tout débute par une agression à Pointe-à-Pitre. Une femme, enceinte selon les témoignages, est agressée en début de matinée. Un individu vêtu de noir veut lui arracher son sac. La victime n'a rien, mais est fortement choquée. Très vite les policiers motocyclistes du commissariat de Pointe-à-Pitre repère le suspect. Il a enfourché un vélo et se dirige à la rue Frébault, à Pointe-à-Pitre. A la vue des motards, l'homme se dirige vers Sonis à l'entrée des Abymes, la commune voisine. Il va abandonner son vélo pour entamer une fuite entre les immeuble du quartier de Boissard (Les Abymes). Il est suivi par les agents qui le somme de s'arrêter. Subitement, l'agresseur présumé se retourne, il est muni de deux coutelas. Des armes blanches impressionnantes avec lesquels il attaque un des policiers. En légitime défense, le fonctionnaire sort son arme, mais il chute à cause d'un trou dû à des travaux. Cela ne va pas arrêter l'homme qui assène un grand coup. Le policier est touché à l'avant bras, une profonde entaille. il ne doit la vie sauve qu'au coup de feu tiré par son collègue qui ne touche pas l'agresseur. Surpris, ce dernier va reprendre sa course folle. Mais quelques mètres plus loin il va une nouvelle fois faire face aux deux autres policiers qui le pourchassent. Il tente une nouvelle fois uen attaque, mais cette fois les policiers seront plus rapides. ils vont tirer et le toucher à deux reprises, au haut de la cuisse et au ventre.


Les syndicats de police sont en colère

Dans l'heure les organisations syndicales de la police nationale vont réagir. Ils dénoncent cette violence omniprésente dans notre archipel. Les syndicats exigent de l'Etat des moyens supplémentaire pour faire face à ces conditions de travail inacceptables. Il y a depuis quelques anénes, de plus en plus d'agression des forces de l'ordre. Certes, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'intérieur et George Pau-Langevin, la ministre des outre-mer ont annoncé des renforts supplémentaires pour les collectivités d'outre-mer, mais ces renforts ne sont pas suffisants.

Agression de policier: les syndicats de police demandent à l'Etat d'agir

Nicolas Le Tumelin, secrétaire départemental adjoint de l'UNSA Police. Il demande à l'Etat de prendre ses responsabilités. il répond à Olivier Lancien.
 
Même son de cloche pour la SGP Police Force Ouvrière. Pour Patrice Abdallah, secrétaire départemental du syndicat, désormais les délinquants ont franchi un nouveau pallier. La violence envers les forces de l'ordre n'est plus tabou.

Agression de policier: les syndicats de police demandent à l'Etat d'agir

Patrice Abdallah, secrétaire départemental de l'Unité SGP Police FO. Il estime que les délinquants en Guadeloupe ont franchi un nouveau dans la violence à l'autorité. Il répond à Guillaume Desmalles.

Le policier blessé a du subir dans le journée de vendredi une opération chirurgicale pour son bras. Blessé, l'agresseur présumé a été pris en charge par les services de secours et emmené, sous bonne garde, au Centre hospitalier de la Guadeloupe. Il devrait, dans les jours qui viennent, être mis en examen et placé en détention provisoire.