Exercice grandeur nature pour la seconde journée "japonaise" sur les risques telluriques

plan opérationnel volcan 2019
© E-M. Golabkan

Ce mardi 4 juin était consacré à un exercice volcanique, le premier du genre organisé par la préfecture. Le scénario reposait sur la survenue d’une éruption phréatique à court terme de la Soufrière. Il supposait l'évacuation des habitants de Matouba, Papaye et Parnasse Morne Houël
 

Guadeloupe la 1ère Publié le , mis à jour le

Le scénario de l'exercice de ce jour ressemblait pour beaucoup à ce qui a été vécu dans cette partie de la Guadeloupe le 8 juillet 1976. Pour le coup, une Alerte rouge volcanique a été déclenchée et un ordre d'évacuation des habitants des quartiers de Matouba, Papaye et Parnasse Morne Houël à Saint-Claude a été prononcé.

 
Mais parce qu'il faut aussi tirer partie de ce qui avait été vécu en 1976, cette fois les populations n'auraient pas eu à quitter précipitament leurs habitations pour fuir vers Basse-Terre. Elles auraient été averties et regroupées vers des points de rassemblements pour les départs. Pour l'exercice, les points étaient :
> La chapelle de Matouba pour les habitants de Matouba et de Papaye.
> Le carrefour de Parnasse, près de l’usine de traitement des eaux pour les habitants de Parnasse et Morne Houël
Avec des consignes qui n'auront pas toujours été faciles à respecter pendant un exercice, notamment, par exemple, l'évacuation des animaux.
L’objectif prioritaire étant de faire travailler ensemble tous les acteurs compétents afin de fournir au préfet les éléments scientifiques et techniques pour décider des actions à mettre en œuvre et comment les mener.
A la fin de l'exercice, Philippe Gustin en a tirer lui-même les premières conclusions
 
Plan cellule opérationnelle volcan 2019
© E-M. Golabkan

En fin de matinée, toujours dans le cadre de l'exercice, le préfet a décidé de passer en alerte orange volcanique et a activé le centre opérationnel départemental. Puis à 12h15, il a prononcé la fin de l'alerte. Une fin d'alerte pour un exercice qu'il va maintenant falloir décortiquer minutieusement pour élaborer un plan de prévision pour ce risque d'éruption volcanique qui n'a jamais fait l'objet d'une telle étude alors même qu'il doit faire partie du vécu des Guadeloupéens