Dolor Banidol victime "désignée" du crash de 1969

Journal Justice décembre 1969

Deuxième partie de notre Dossier sur le Crash du Boeing de Caracas en 1969. A son bord, Euvremont Gène, que nous avons évoqué hier et Dolor Banidol un cadre du parti Communiste martiniquais. Ils revenaient tous deux du congrès du Parti Communiste chilien. 

E. Stimpfling Publié le , mis à jour le

Depuis 50 ans, la thèse officielle est celle de l’accident. Mais il s'agirait en fait d'un attentat à la bombe. Et certains, l'auraient su avant. Dolor Banidol, figure montante du PCM, père de 4 filles et 7 garçons, a peut-être été sacrifié pour la cause. 
Une histoire que certains auraient probablement préféré oubliée, ou , en tout cas, laisser dans les cartons des "secrets défenses", le temps, pour certains protagonistes de l'époque, de s'en aller en paix.

Une de France Antilles Déc. 1969
Mais cette histoire, c'est aussi celle de ces 11 enfants dont la vie a basculé ce 3 décembre 1969, le jour où leur père est décédé dans ce crash du Boeing de Caracas qui n'est jamais arrivé à Pointe-à-Pître.
VOIR AUSSI le premier volet : Euvrémont Gène victime de la raison d'Etat ?