#Congrès des élus : Des positions multiples pour un avenir commun

Le Congrès des élus 26 juin 2019
© Guadeloupe la 1ère

Les élus de la Guadeloupe siègent depuis ce mercredi matin en Congrès dans l'enceinte du Conseil départemental. Une réunion sur deux jours pour évoquer les grands problèmes de la Guadeloupe et s'interroger sur la meilleure organisation statutaire possible pour y répondre

Guadeloupe la 1ère Publié le , mis à jour le

C'est donc pour parler de l'avenir de la Guadeloupe que les élus sont réunis en Congrès depuis ce mercredi matin. Un avenir qu'ils imaginent tous à partir des problèmes et conjonctures du moment mais pour lequel, malgré des idées assez proches, chacun aura cherché au cours de cette première journée à souligner sa différence. 
Présidente du Congrès, c'est à Josette Borel-Lincertin qu'il est revenu de l'ouvrir et d'exprimer ce qu'elle en attendait, en insistant sur l'idée d'un "article 97-1". Elle sera suivie en cela par son homologue de la Région, le Président Ary Chalus

Il revenait ensuite aux parlementaires à exprimer leur vision de cet avenir de la Guadeloupe. Si Olivier Serva choisit de charger les élus en faisant reposer sur eux la responsabilité des carences vécues par la Guadeloupe, tous les autres parlementaires appelleront de leurs voeux une adéquation des structures aux aspirations de l'Archipel.
Enfin, le président de l'Association des maires a achevé les premières déclarations de la matinée avant l'intervention des responsables des partis et formations politiques de la Guadeloupe
VOIR AUSSI :
La matinée aura cependant vécu un instant d'éclat avec l'irruption de Ludovic Tolassy, responsable du syndicat des petits planteurs du Nord Basse-Terre, venu pourfendre les élus en leur reprochant de n'avoir pas pris position dans le combat qu'il mène avec ses mandants pour obtenir les terres de la forêt de Douville à Goyave
VOIR AUSSI :
L'après midi aura permis aux élus d'échanger avec les experts invités par la présidente du Congrès afin de les éclairer sur les différents thèmes évoqués par eux, notamment à propos des enjeux d'une révision constitutionnelle ou en matière d'emploi, de développement économique, de fiscalité et sur les opportunités possibles et imaginables dans un contexte de redéfinition des pouvoirs en Guadeloupe. La première journée s'est terminée un peu après 19h30.
Demain jeudi, les élus aborderont la question de la différenciation en matière d'organisation territoriale avant de discuter sur les résolutions qu'ils souhaitent adopter au titre des actes de ce 15ème Congrès des élus de la Guadeloupe.