Les cannes "ni saines, ni loyales, ni marchandes" broyées par Gardel pourraient être payées

Réunion du comité de liaison de
© Ludivine Guiolet | Les membres du comité de liaison de la filière canne en réunion

Position mitigée des planteurs de cannes après la réunion du Comité de liaison de la filière canne ce vendredi 28 juillet 2017. Le paiement des cannes "Ni saines, ni loyales, ni marchandes" qu'ils ont livré à l'usine de Gardel est finalement envisagé.

Steeve Prudent
Publié le , mis à jour le

Les planteurs de cannes sont satisfaits après la réunion du comité de liaison de la filière canne ce vendredi 28 juillet 2017, au siège du CTCS (Centre Technique de la Canne à Sucre), aux Abymes. Objet d'un conflit entre les planteurs et l'usine de Gardel, le paiement des cannes dont la pureté est inférieure à l'indice 70 est envisagé. Il était jusqu'à présent refusé par l'usine. Il faudra tout de même obtenir l'accord du conseil d'Administration de l'IGUACANNE. L'interprofession devra notamment se prononcer sur la notion de "Cannes, ni saines ni loyales, ni marchandes" mais pourtant broyées par l'Usine de Gardel lors de la dernière campagne.

Alex Bandou, Président de l'Union des Producteurs de Guadeloupe et membre de l'Intersyndicale

Alex Bandou, s'exprime sur un éventuel accord sur le paiement des cannes ni saines, ni loyales, ni marchandes

Le comité de défense des intérêts des planteurs du Nord Basse-Terre pas convaincu

A l'origine de la grogne les membres du Comité de défense des intérêts des planteurs du Nord Basse-Terre étaient loin d'afficher la même satisfaction. Ils estiment que Gardel n'a aucune intention de payer ses fameuses "Ni saines, ni loyales, ni marchandes"

Richard Bonfils du Comité de défense des intérêts des planteurs du Nord Basse-Terre


Du côté des usiniers, avant toute réaction, on indique attendre le résultat de la réunion du conseil d'administration de l'IGUACANNE prévue le 8 août prochain. Le différent entre planteurs et Gardel ne représenterait qu'un volume de 10 000 tonnes de cannes, soit un infime pourcentage des 681 000 tonnes broyées tout au long de la campagne. Un résultat jugé exceptionnel par les différents acteurs.