L’emploi et le développement économique, la fiscalité et les ressources des collectivités locales, l’organisation territoriale : Trois grands thèmes du prochain congrès des élus

Josette Borel-Lincertin présidente du Département
© L. Salcède

Le prochain congrès des élus départementaux et régionaux se déroulera les 26 et 29 juin au palais du conseil départemental à Basse-Terre. Une occasion de mener des discussions plus approfondies sur des thèmes structurels pour l'Archipel guadeloupéen.

O. Lancien Publié le , mis à jour le

Josette Borel Lincertin, la présidente du département, présidente du Congrès, veut changer l’approche de ce 15ème congrès.  L’objectif n’est pas de trouver un accord sur une éventuelle évolution institutionnelle ou statutaire, mais de baliser la vision des responsables politiques sur trois piliers essentiels :
- L’emploi et le développement économique
- la fiscalité et les ressources des collectivités locales
- l’organisation territoriale.
La Guadeloupe repose sur ces trois piliers. Ils sont d’ailleurs l’origine des différents maux et dysfonctionnements de l'Archipel.
Des thèmes larges pour déterminer la vision de la Guadeloupe à plus longue échéance.
Josette Borel-Lincertin, veut saisir la balle au bond. La présidente du congrès souhaite exploiter la notion de « Droit à la différenciation territoriale » lancée par le président de la République. Un droit à la différenciation afin que ces collectivités locales soient plus responsables.
Dans la prochaine réforme constitutionnelle aucune collectivité, unique ou pas, quel que soit son statut, droit commun ou article 74, ne va échapper à la vision d’Emmanuel Macron. Une France avec des collectivités locales plus autonomes plus responsables et moins dépendantes du budget de l’Etat. Peu importe son organisation institutionnelle.
Pour la présidente du Congrès, la Guadeloupe ne doit pas se voir imposer une vision de l’Elysée ou du Palais Bourbon. L’objectif est de déterminer une différenciation territoriale optimale. Et dans ce prisme, pourquoi se limiter à des débats réducteurs et ne pas réfléchir à la meilleure option pour la Guadeloupe, selon Josette Borel Lincertin.