Capesterre Belle-Eau : vent de révolte sur le projet de la ZAC de Fromager

Blocage des travaux de la ZAC de Fromager
© Eric Stimpfling

Ce jeudi 2 mai 2019, l'association des commerçants de Capesterre Belle-Eau a bloqué le démarrage des travaux de la future Zone d'Aménagement Concerté de Fromager. Elle reproche aux promoteurs du projet de réserver une place insuffisante aux artisans de la commune.

Guadeloupe la 1ère avec Eric Stimpfling Publié le , mis à jour le

Vers 6h, ce jeudi 2 mai 2019, les membres de l'association des commerçants de Capesterre Belle-Eau ont bloqué les premiers travaux de la future Z.A.C. (Zone d'Aménagement Concertée) de Fromager. Selon eux, l'essentiel des 10 hectares consacrés au projet serait réservé à des multinationales. Ils affirment que deux cinquièmes de cette surface auraient d'ores et déjà été attribués à un groupe de distribution agro-alimentaire. La place accordée aux artisans de la commune serait donc insuffisante.

Une inflation des prix

Par ailleurs, l'association des commerçants de Capesterre Belle-Eau, critique également une forte augmentation du prix des parcelles. De 40 euros, le m2 se négocierait désormais à 100 euros. Un prix que les membres de l'association estiment prohibitif pour de petites structures.

Une mobilisation soutenue par le 1er adjoint au maire


Jean-Yves Ramassamy, le 1er adjoint au maire, soutient cette mobilisation des commerçants. Il rajoute de plus, que la ville a déjà entamé la réfection de la rue principale du bourg pour un montant d' 1,9 millions d'euros. Ces travaux visent à redynamiser le centre bourg dont l'activité a été mise à mal lors de la construction de la déviation de la nationale 1, il y a maintenant plusieurs années. Cette relance de l'activité du centre bourg souffrirait de la construction d'une zone d'activité commerciale à la périphérie de la zone urbaine.

Une rencontre pour mettre à plat les problèmes

Séance de négociation à l'Espace Régional au Raizet
© Eric Stimpfling

Une réunion s'est tenu dans cette soirée du jeudi 2 mai 2019 entre les  représentants du Conseil Régional, de la municipalité et de l'association des commerçants. Le représentant de la Région, Camille Pelage, a reconnu que la concertation prévue avec la municipalité n'avait pas vraiment eu lieu. Cette dernière avait expressément émis des réserves sur l'implantation d'un centre commercial sur cette ZAC de Fromager. Un cafouillage a donc eu lieu et ce que craignaient les commerçants capesterriens a été confirmé. Ils ne pourront bénéficier de lots de 1000 mètres carrés que sur 4 hectares. Le reste de l'emprise du projet, soit 6 hectares, abritera bien à terme un centre commercial. Une concession a tout de même été obtenue par les commerçants. Le prix des parcelles qui leur sont réservées a été ramené à 50 euros le m2. Il revient désormais à la SEM patrimoniale régionale de gérer l'attribution des lots dans les conditions qui ont été nouvellement arrêtées.