L'archipel guadeloupéen sous les eaux

Beryl
© AFP PHOTO/NOAA/RAMMB | Vue satellitaire de l'évolution de l'ouragan Beryl, le 7 juillet 2018

L'onde tropicale résurgeant du système de Béryl traverse l'Archipel guadeloupéen depuis le début de la soirée de dimanche. Les pluies ne faiblissent pas en ce début de matinée de lundi. 

Guadeloupe La 1ère Publié le , mis à jour le

En ce lundi matin, de partout viennent les témoignages des Guadeloupéens qui se réveillent sous les eaux et viennent de passer une nuit marquée par les orages et les vents générés par l'onde tropicale Beryl. Des vents soutenus, essentiellement au passage des averses, qui atteignait 55 à 60km/h en moyenne, et par endroit, les rafales de vents ont dépassé 80 à 100 km/h. 
Pourtant, si cela n'a pas suffit à provoquer de graves dégâts ou des victimes humaines, ici et là, on note des incidents durant toute la nuit. D'importantes coupures d'électricité ont eu lieu au plus fort du phénomène. Ainsi, vers minuit, 70 000 clients étaient privés temporairement d'électricité. La situation a vite été rétablie. Actuellement, sur le réseau haute tension, 3000 clients sont encore concernés. Certaines communes du Sud Basse-Terre comme le Baillif, sont encore sans électricité ce lundi matin après que la foudre soit tombée sur elles en fin de nuit.
Dans cette commune du Baillif, certains riverains signalaient vers 6h ce lundi matin, une montée des eaux sous le pont à la sortie du bourg en direction de Saint Robert et Vieux Habitants. Une situation vécue aussi par les habitants de La Boucan à Sainte Rose.Pour le reste, les interventions principales concernent essentiellement des encombrements de voies (chutes d'arbres, de poteaux et gravillons), notamment au Moule (chute de rocher sur la route de Gascon) et sur la route de la traversée (coulée de boue).

Route des Mamelles
© E. Stimpfling | Route de la Traversée
Cependant, les routes ne sont pas bloquées. On signalait malgré tout ce matin un accident de voiture à Carangaise, où un automobiliste a perdu le contrôle de son véhicule.
A Baillif, les habitants s'étaient particulièrement préparés à toute éventualité.
BAILLIF AVANT LE PASSAGE DE L ONDE TROPICALE
Ce lundi, la mer demeure forte en Atlantique avec des creux de 3m à 3m50. L'amélioration de la situation devrait être effective dés le début de l'après-midi. 
Par ailleurs, Météo France souligne qu'en 12 heures il est tombé : 
- 140mm à Pointe-Noire
- 115mm à Dolé
- 100mm à Baie-Mahault.
Des conditions météorologiques qui ont suscité de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux.
 

 
Pour l'heure les premiers constats faits par les services de Routes de Guadeloupe font état de plusieurs éboulements, notamment sur les routes de Saint Claude, Matouba, Papaye mais aussi sur la Côte sous le vent au niveau de Malendure. 
Ce matin, une inquiétude était formulée par les Guadeloupéens qui s'exprimaient en radio sur Guadeloupe La 1ère : Comment les candidats au rattrapage pour le bac pourront-ils se rendre dans les différents centres d'examens. Pour l'heure, malgré la pluie, la circulation se fait normalement. Rien ne justifie donc le report de ces examens.
Notons cependant que, alors que l'onde tropicale est passée en Mer Caraïbe, les îles de Saint Martin et Saint Barthélemy n'ont pas encore connu d'épisode pluvieux comme celles de l'Archipel guadeloupéen; Les habitants des deux îles ont ressenti les premiers effets du vent et signalaient vers 5h30 les premières pluies sur Concordia

Les conséquences du passages de l'onde tropicale : 

On savait déjà que les compagnies maritimes desservant les îles des Saintes, de Marie Galante et de la Désirade avaient annoncé qu'elles ne fonctionneraient pas ce lundi matin mais qu'elles devraient reprendre leurs rotations dans l'après-midi.
De même, les organisateurs du Traditour ont suspendu la compétition jusqu'à mardi. Les canots ont été ramenés dimanche vers Pointe-à-Pître.
Ce lundi matin, les organisateurs du Festival de GwoKa de Sainte Anne ont décidé de reporter son ouverture au mardi 10 juillet, les installations techniques n'ayant pas pu se faire en raison des intempéries.