Les experts de Guadeloupe sont en grève

Police scientifique et technique
© Police scientifique et technique

Les experts de la police scientifique de Guadeloupe sont en grève comme leurs homologues de l’hexagone. Ils réclament de meilleures conditions de travail et de protection sur les lieux de crimes et surtout être reconnus comme des policiers à part entière. 

R. Ponnet Publié le

Ils sont plus de deux mille en France au total. Les experts de la police scientifique et technique se sont mis en grève à l'appel de 3 syndicats. Il faut dire qu’à la différence de leurs homologues américains dans les séries télévisées on ne peut pas dire qu’ils bénéficient de bonnes conditions de travail en Guadeloupe. Ils interviennent sur des scènes de crimes dans des conditions difficilement supportables. 29 meurtres depuis le début de l’année. Ils sont confrontés à la mort, sans cesse. Ils sont parfois victimes de menaces sur les lieux d’enquêtes, mal protégés. Et pourtant ils ont un niveau scientifique certifié pour exercer ce métier de prélèvements et d’analyses. Mais ils n’ont pas de statut de policiers actifs. Ils sont disent ils au mieux considérés comme des administratifs ou au pire comme des policiers au rabais.
Pour ces experts pas questions de prime de risque ou de départ à la retraite anticipée comme pour les policiers appartenant aux autres corps. Cerise sur le gâteau : les carences juridiques font qu’il leur est difficile d’être expert scientifique sur une scène de crime sans être accompagné d’un officier de police judiciaire et en Guadeloupe il n’y en a pas assez. Avec ce mouvement de grève, ils expriment certes leur ras le bol, mais surtout, ils veulent être tout simplement des policiers efficaces et reconnus…