La rénovation urbaine de Grand Camp provoque la colère des riverains de Myosotis

Vue Grand Camp

La rénovation de Grand Camp ne fait pas que des heureux. Depuis plusieurs mois, la colère gronde dans la partie du quartier épargné par les tracto-pelles. A la résidence Myosotis, on craint d'être les mal-lotis de la Rénovation

François-Joseph Ousselin
Publié le

« Plus qu’une simple opération de renouvellement urbain, il s’agit d’un véritable projet urbain et social destiné à améliorer profondément la qualité de vie des habitants du quartier. Au-delà de la démolition et construction de logements sociaux, il prévoit un ensemble d’actions visant au désenclavement des quartiers et à leur renouveau social et économique. Ainsi, des équipements publics structurants (centre d’animation culturelle, école primaire, équipement commercial…) seront implantés ou renforcés, des pépinières d’entreprises créées, les commerces de proximité redynamisés et un accompagnement social de la population davantage développé. Du point de vue des logements, une nouvelle offre de logements sociaux sera proposée afin de diversifier les parcours résidentiels des habitants et des logements à loyer libre seront construits
Projet Grand Camp

Aux Abymes, deux opérations sont en cours, en plus de celles réalisées dans les zones urbaines sensibles . L’une a lieu dans le quartier de Dugazon : la convention prévoit la construction de 200 logements, parmi lesquels 70 % ont déjà été livrés.
Cette opération a permis de reloger des locataires du quartier « des Plaines » à Grand-Camp. En effet, les six immeubles de ce site doivent être démolis et trois d’entre eux dès juillet 2010.
L’autre opération des Abymes concerne Pointe d’or où 70 logements sont en cours de construction.
Le projet Grand Camp
© SAA-architectes Urbanismes de Guadeloupe

 

Ce projet est largement soutenu par l’Anru, aux côtés des élus, des bailleurs sociaux et des habitants. Sa réussite représente un enjeu considérable, car il contribuera fortement à redonner un second souffle à ces quartiers de Pointe-à-Pitre et des Abymes où habite un cinquième de la population du département. »

C’est ainsi que l’INSEE présente l’opération de Rénovation Urbaine engagée aux Abymes dans les quartiers du Raizet et de Grand Camp. La plupart des bâtiments ont en effet été détruits et les populations ont été relogées.
Mais, dans le quartier Myosotis, les habitants sont mécontents. Malgré un environnement précaire, ils ne sont pas moins propriétaires de leur logement. L’avancée des travaux les concerne et, leurs situations souvent très différentes les unes des autres, ne les unissent pas moins face à la SIG, responsable du projet. ne dizaine de propriétaires a monté un collectif pour exiger de la municipalité des Abymes et de la SIG des garanties sur leur relogement et des indemnisations décentes.