TepScan et Cyclotron : la Ligue contre le cancer monte également au créneau

Interview Christian Leroux

Christophe Leroux de la Ligue contre le cancer estime aujourd'hui que c'est l'intérêt des patients qui doit primer.

Guadeloupe 1ère Publié le , mis à jour le

Martinique et Guadeloupe attendent l'arbitrage du chef de l'Etat pour savoir où sera implanté le cyclotron, dans les mois à venir...

En Guadeloupe ou en Martinique ?


Les Présidents des deux régions n'ont pas manqué, ces dernières semaines, à grand renfort de communiqués et déclarations d'afficher leur désir de voir cet outil médical installé chez eux... 
Chacun a d'ailleurs pu défendre ses arguments lors d'une rencontre avec François Hollande, et échanger avec lui sur ce projet de création d'un centre d'imagerie moléculaire (cyclotron) aux Antilles. 
Une "dispute" qui n'est pas du goût de la Ligue contre le cancer. 

Seul l'intérêt des patients prime

Le délégué au développement à la Ligue, Christophe Leroux, redoute que les malades ne soient sacrifiés... Selon lui, le dossier n'a que trop tardé... L'urgence pour les malades de nos régions, c'est de disposer de l'équipement nécessaire, qu'il soit en Guadeloupe, ou en Martinique. 
Quand à la question des trois petits cyclotrons qui seraient installés dans les trois départements, il y est farouchement opposé. Il considère que ces outils ne sont pas assez fiables. 

Il est interrogé par Sébastien Létard.

Ch. Leroux, Ligue contre le cancer