Charly Lendo devant la justice aujourd'hui à Pointe-à-Pitre

lendo
© UGTG | tract de l'UGTG pour demander la relaxe de Charly Lendo

Le syndicaliste est poursuivi pour homicide involontaire. Lors du conflit social de 2009, un jeune homme était décédé après avoir heurté, de nuit et à moto, un barrage mis en place à Saint-François.

Nicolas Ledain et Gilbert Pincemail Publié le

Le parvis du tribunal de Pointe-à-Pitre risque d'être animé aujourd'hui. L'UGTG a appelé à la mobilisation ce mardi 20 janvier pour soutenir Charly Lendo et demander la relaxe du syndicaliste. L'ancien secrétaire général adjoint de la section est poursuivi pour homicide involontaire. Une nuit de 2009, en plein conflit social, le Steven Fiston avait heurté avec sa moto un barrage installé à Blonval, Saint-François. Le jeune de 20 ans ne portait pas de casque, il était décédé quelques jours plus tard des suites de ces blessures.

Une première relaxe

Ce drame avait plongé la commune dans l'émoi puisque Steven était un sportif prometteur bien connu à Saint-François. A l'époque une première enquête sur les responsabilités avaient eu lieu, 17 membres de la section syndicale, dont Charly Lendo, avaient alors été inquiété mais les magistrats avaient retenu l'hypothèse de l'accident et la procédure n'avait conduit à aucune condamnation. Mais le juge d'instruction avait décidé de ne pas en rester là et c'est lui qui a lancé cette procédure uniquement contre Charly Lendo pour entrave à la circulation, coups et blessures et homicide. 

Une "répression syndicale"

Depuis l'UGTG ne cesse de dénoncer un procès abusif qui s'inscrit dans une logique de répression syndicale institutionnalisée en Guadeloupe. "C'est une forme de répression syndicale que nous subissons depuis 2009. Nous lançons donc un grand mouvement, des représentants de plusieurs organisations syndicales d'ici et d'ailleurs seront présents et nous invitons la population à se mobiliser" a déclaré Maïté Hubert, secrétaire général adjoint de l'UGTG. Le syndicat a en effet appelé à la mobilisation devant le palais de justice de Pointe-à-Pitre ce matin, une semaine après une première journée de mobilisation organisée à Paris avec la comité international contre les répressions qui sera présent aujourd'hui en Guadeloupe.
Écoutez l'interview de Maïté Hubert :

hubert ugtg

(Propos recueillis par Chantal Horn)