Guadeloupe 2014 : la conférence environnementale au sommet

BIODIVERSITÉ
© CC-BY-NDR CAP 21

De nombreuses personnalités politiques et scientifiques sont dans notre département pour la conférence internationale sur la biodiversité et le changement climatique. Ils définiront ensemble les objectifs à atteindre dans ces domaines, d’ici 2020.

Julien Babel Publié le , mis à jour le

La conférence est organisée à l’initiative de la France, des Iles Vierges Britanniques, de l’Association des pays et territoires d’Outre- mer (OCTA), de la Région Guadeloupe, du Secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CDB), de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), et la Commission européenne. Elle succède à la rencontre de 2008 organisée à la Réunion.
Du mercredi 22 au samedi 25 octobre, les acteurs de cette « sphère » politique et scientifique attachée aux questions environnementales, travailleront en deux temps.

Deux journées thématiques les 22 et 23 octobre, faisant la part belle aux experts scientifiques, sur cinq thèmes de travail :
 
Un volet d’échanges et d’accords politiques le 24 octobre :
L’objectif de ce « segment » politique est de définir les engagements des parties et dresser une nouvelle feuille de route de 2015 à 2020, pour la biodiversité et les changements climatiques dans les Régions Ultrapériphériques (RUP) et les Pays et Territoire d’Outre- mer (PTOM).
Ségolène Royal en Guadeloupe 2
© O.Lancien | La ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, à son arrivée à l'aéroport Pôle Caraïbes, le jeudi 23 octobre 2014.
Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie et George Pau- Langevin, ministre des Outremers représenteront la France lors de cette édition.


Les enjeux de la conférence

Les RUP et PTOM abritent une biodiversité exceptionnelle.
Cette richesse est aujourd’hui gravement fragilisée, notamment à cause du réchauffement climatique.
Selon la liste de l’UICN, la France occupe est au sixième rang mondial pour le nombre d’espèces menacées. Ces espèces se trouvent en priorité dans les Outremers.
L’enjeu est  de renforcer la dynamique en faveur de ces zones et de mobiliser l’Union européenne pour définir de nouvelles priorités stratégiques et agir concrètement en faveur de la biodiversité marine.
Après de « message de la Réunion », en 2008, il s’agira donc de déterminer le « message de la Guadeloupe » en se basant sur les échanges conduits entre experts. Des travaux qui enrichiront la conférence environnementale, un an avant la Conférence Paris- Climat de 2015.