Chikungunia : 1900 nouveaux cas en une semaine en Guadeloupe

chikungunya

La Guadeloupe connaît une épidémie avérée de chikungunia, avec chaque semaine, de très nombreux nouveaux cas. Chez nos voisins, la situation semble commencer à se stabiliser.

Catherine Le Pelletier
Publié le , mis à jour le

Le « chik », destructeur

Des milliers de Guadeloupéens ont été atteints par le « chik ». Un virus qui se transmet, comme la dengue, par piqure de moustique. L’épidémie s’est peu à peu installée dans l’archipel jusqu’à atteindre le chiffre de 1900 nouveaux cas la semaine dernière, c’est + 44% par rapport à la semaine précédent. De plus, les chercheurs précisent qu’il y a maintenant en Guadeloupe, des chaînes locales de transmission du virus.
 

Plus de zone « blanche »

Jusqu’à présent, les villes de Basse-Terre et Gourbeyre étaient épargnées par le virus, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui, elles sont désormais touchées par l’épidémie.
 

Chez nos voisins

A Saint-Martin, on note une légère baisse de la contamination, ce qui laisse espérer  au moins une stabilisation de l’épidémie ; idem pour Saint-Barthélémy où la situation semble déjà plus stable.
En Martinique, l’épidémie progresse de moins en moins vite.