Le 1er parc éolien hybride inauguré à Sainte-Rose

Parc éolien Ste Rose
© Peggy Robert

Une ferme de 8 éoliennes installée à Sainte-Rose, doit "doubler la part de la production éolienne dans le mix énergétique" pour la porter à 6%, soit le quart des énergies renouvelables produites localement.

Guadeloupe La 1ère Publié le

La Guadeloupe se distingue, une nouvelle fois, dans son combat pour la production d’énergies propres. Le premier parc éolien hybride a été inauguré hier à Sainte-Rose.
 

Une première en Guadeloupe

C'est véritablement une première dans notre département, et même plus largement outre-mer. Le 1er parc éolien hybride a été inauguré à Sainte-Rose. Une inauguration en grande pompe en la présence du député de la circonscription, de représentants de l’Etat, des collectivités majeures et de la mairie.
Ce parc comprend 8 éoliennes "nouvelle génération". Leur technologie les rend très performantes. A elles seules, ces 8 éoliennes vont fournir de l’électricité à 17 000 Sainte-Rosiens pendant 1 an.
"La puissance installée du parc est de 16 mégawatts, ce qui produit chaque année 33 000 MWh, soit la consommation d'électricité de 17 000 personnes", selon Jean-Yves Grandidier, président de Valorem, l'entreprise détentrice du projet inauguré samedi, et qui a nécessité un investissement de près de 50 millions d'euros.
José Étienne, conseiller municipal de Sainte-Rose, se réjouit des répercussions que ce parc a d’ores et déjà sur l’emploi local et sur l’image de sa commune.

José Étienne, conseiller municipal de Sainte-Rose

 

Plusieurs parcs éoliens en Guadeloupe  

Les éoliennes de Sainte-Rose sont le douzième parc éolien de la Guadeloupe, mais le premier implanté depuis une dizaine d'années. Valorem instruit actuellement le projet d'un autre parc à Lamentin, tandis qu'à la Désirade, la société Quadran procède à une montée en puissance de son parc éolien existant.
                  
La programmation pluriannuelle de l'énergie votée par la région fixe à 2030 l'indépendance énergétique de l'île. Un objectif ambitieux, puisque selon EDF, "le territoire se place plutôt aujourd'hui sur une trajectoire autour de 50% en 2023 et 75% en 2028".

A (re) voir le reportage de Marie-Lyne Plaisir et Olivier Duflo :