Guadeloupe : les douane enregistrent une progression de saisies de drogue de 93,7 % de 2016 à 2017

drogue
© Gendarmerie

Plus d'une tonne de drogue a été saisie en 2017 en Guadeloupe, un chiffre en augmentation de 93,7% par rapport à l'année précédente. 

La1ère.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

La saisie de drogue sur l'année 2017 en Guadeloupe a progressé de 93,7% - environ 1,6 tonne - par rapport à l'année précédente, ont annoncé vendredi à Basse-Terre, les douanes. "Avec environ 1,6 tonne de drogue saisie sur l'année 2017, c'est une augmentation de 93,7% par rapport à l'an dernier", a indiqué Philippe Richard, directeur régional des douanes de Guadeloupe depuis février, qui présentait vendredi le bilan de l'année 2017 de ses services.


Trajectoire incontournable du trafic de drogue

Les chiffres viennent confirmer que la Guadeloupe, au coeur des Antilles, fait désormais partie des trajectoires incontournables qu'empruntent les substances illicites. "Nous avons saisi 22 kg de cannabis en 2017, et près de 800 kg de cocaïne (soit une augmentation de 200% des saisies des années précédentes), auxquels s'ajoutent 792 kg saisis en une fois lors d'une opération spéciale", souligne Philippe Richard.

Si le cannabis est souvent destiné à un marché local, la cocaïne souvent originaire du continent sud américain, transite par l'île et vise les pays d'Europe. Parmi les autres trafics, la douane a enregistré une hausse de 319% de saisies d'articles de contrefaçon (11.748 articles).


Réorganisation des services de douane

Cet accroissement massif de l'activité s'explique d'une part par des flux de marchandises illicites constants, voire en accroissement, mais aussi et surtout par une réorganisation des services. "Nous avons réunis deux unités en une seule", détaille Virginie Tillet, chef divisionnaire des douanes de Guadeloupe qui chapeaute les équipes opérationnelles. Installée à proximité du port commercial de Guadeloupe, la nouvelle brigade "dispose d'une force opérationnelle plus importante".

Des moyens ont également été mis sur les équipements : deux spectromètres (appareils capables de repérer les empreintes chimiques de produits illicites sous toutes leurs formes et dont le coût s'élève à environ 25.000 EUR l'unité) ont été fournis aux équipes locales. Enfin, le ciblage des containers suspects a été renforcé par des systèmes d'analyses de risque, aux dires des équipes, plus performants. Cela permet les saisies importantes comme celle de janvier 2017 où 792 kg ont été saisis
d'un coup. Depuis le début de l'année 2018, près de 500 kg de cocaïne ont déjà été saisis.