Greffe du foie d'Eric Abidal : son cousin donneur se défend d'avoir touché "un centime"

Eric Abidal
© Xavier Bonilla/SpainDPPI/DPPI | Eric Abidal

Gérard Armand, auquel une partie du foie a été prélevée pour la greffer en 2012 à son cousin Éric Abidal, ancien joueur et actuel directeur sportif du FC Barcelone, affirme vendredi n'avoir pas touché "un centime" pour ce don d'organe et ne pas comprendre la polémique.
 

La1ere.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

"Rien, pas un centime ! Comment peut-on s'interroger la dessus ? Moi j'ai simplement donné mon organe pour sauver un membre de ma famille. Je n'ai pas réfléchi. C'était une bonne action, toute simple comme n'importe qui le ferait pour aider un proche malade", explique Gérard Armand dans un entretien à La Dépêche du Midi.
           

Enquête

Le parquet espagnol a annoncé lundi avoir demandé la réouverture de l'enquête sur la greffe du foie dont a bénéficié le footballeur Éric Abidal, à l'époque défenseur du FC Barcelone, après la publication d'informations sur un éventuel trafic d'organes. Cette décision intervient alors que l'organisation espagnole chargée du don d'organes (ONT) avait déclaré mi-juillet la greffe d'Abidal "conforme à la loi".
           
Cousin assez éloigné du joueur, son cousin étant un frère de sa mère, Gérard Armand, revient sur la façon dont il a été contacté pour ce don. "Simplement par l'épouse d'Éric. Après son opération en 2011 d'une tumeur du foie, la maladie est assez rapidement réapparue. La seule solution d'après les médecins d'après ce que l'on m'a dit, c'était de procéder à une greffe", explique-t-il.
 

Polémique

Ensuite, ce donneur qui n'avait croisé le joueur que dans des réunions de famille et ne l'a pas revu beaucoup après, a passé moult tests psychologique et de compatibilité. Puis l'opération a été réalisée. Mais, avec la naissance de la polémique, "à force de lire les magouilles" sur le trafic", il s'est demandé "si on ne l'avait pas ouvert pour rien". Aussi a-t-il fait faire une échographie. Et d'être certain maintenant qu'on lui a "bien prélevé le lobe droit de (s)on foie".
           
Pour Gérard Armand, qui a déménagé de Lyon à Toulouse, il est important de souligner que cette opération ne lui rien a rapporté : "Je travaille pour le même groupe. J'effectue des rotations en trois/huit. Je roule toujours en 406 et pour être très transparent, j'ai même des soucis financiers que j'ai réglés avec ma femme et mon banquier". Quant à l'enquête ouverte par le parquet de Barcelone sur la greffe, le donneur se dit prêt à collaborer. "Je répondrai à toutes les questions. Je n'ai rien à cacher. Je veux simplement qu'on me laisse tranquille", assure-t-il.