"C’est comme si on avait les Rolling Stones ou les Beatles, Kassav’ est un groupe légendaire." La comparaison pourrait paraître surprenante à des oreilles peu accoutumées aux rythmes du zouk, mais au Kwaku Summer Festival d’Amsterdam, tout le monde semble d’accord avec DJ Willy. Partout où il passe, le groupe antillais soulève les foules et quand son co-fondateur Jacob Desvarieux se déplace avec ses acolytes pour une nouvelle édition du Grand Méchant Zouk, les fans répondent présents, même aux Pays-Bas. "Et leurs enfants aussi sont là, eux aussi ont grandi avec cette musique!", insiste le DJ depuis la grande scène du festival où il fait tout doucement monter l’ambiance, deux heures avant l’arrivée des zoukeurs.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Dj Willy fait patienter la foule avant le concert de Kassav' Angélique le Bouter

Le Kwaku Summer Festival s’achève ce dimanche, après un mois de célébrations de la culture surinamaise, et plus largement antillaise. Depuis début juillet, un mélange de musique, danse, nourriture et artisanat a occupé chaque week-end le parc Nelson Mandela d’Amsterdam. Emblématique d’un quartier populaire du sud-est de la capitale néerlandaise, Kwaku fête ses 43 ans en accueillant le Grand Méchant Zouk. L'idée de départ de cet événement créé en 1988 aux Antilles : rassembler sur la même scène la crème de la musique antillaise, les meilleurs musiciens et chanteurs, cette fois sans les chanteurs de Kassav'.

Regardez le reportage de France Ô : 
Un GMZ sauce hollandaise
 

"Tous les Caribéens aiment le zouk"


"Tous les Caribéens aiment le zouk et tout spécialement la musique de Kassav’, explique Ivette Forster, à la tête du festival depuis 6 ans. Le zouk devient de plus en plus populaire aux Pays-Bas, on l’entend dans les musiques urbaines. Quand on écoute les artistes les plus jeunes, il y a une base de zouk dans leur musique. Ils ne connaissent peut-être pas Kassav´mais ils connaissent la musique de Kassav’!" Aujourd’hui multi-culturel, le festival Kwaku prend ses racines dans les commémorations de l’abolition de l’esclavage au Surinam.

Tous les spectateurs se font la même réflexion, le zouk a bercé leur enfance, et Kassav’ en particulier. Beaucoup ici sont nés au Surinam et ont émigré dans les années 80 ou 90. Yzanna se souvient des tours en bus du groupe à Paramaribo, il y a 30 ans. Installée à droite de la scène, elle prépare les ingrédients de son petit bar à cocktails. Même si elle travaille ce soir, elle se réjouit d’assister à un "vrai" concert de membres de Kassav’. Et en attendant les premières notes, les CDs de zouk tournent en boucle dans sa petite cabane.
 

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

Le concert a attiré des milliers de spectateurs Kelly Pujar

Sa chanson préférée? "Zouk la sé sel médikaman nou ni", évidemment. Pourtant, comme l’immense majorité des festivaliers, Yzanna ne comprend pas les créoles des Antilles françaises. "On chante simplement ce qu’on croit comprendre", explique-t-elle dans un anglais presque parfait. Sa collègue lance presque aussitôt le titre légendaire. Impossible de retenir une petite danse.
 

Retrouvailles avec le groupe de leur jeunesse


Sur scène, les musiciens antillais sont maintenant prêts. Pendant 2 heures, Tony Chasseur, Perle Lama, Antonny Drew, Jacob Desvarieux et les autres égrainent les succès de Kassav’ et de Patrick Saint-Eloi, membre du groupe décédé en 2010. Zouké, chéché, Bizness, Réhabilitasion... Un nouvel hommage à PSE, après le concert donné au Zénith de Paris en octobre 2017. Quand vient Ou lé, le leader de Kassav' se met au micro et aussitôt, la foule exulte. Car beaucoup ici rêvaient de retrouver le groupe de leur jeunesse.

Il y a ceux, un peu déçus, qui espéraient retrouver les légendaires membres de Kassav’ : Jocelyne Béroard, Jean-Philippe Marthély, Georges Décimus et Jean-Claude Naimro. "On s’attendait à plus de vieilles chansons, le vrai Kassav’ et ça n’était pas ça!", explique une jeune femme, au terme du concert. "J’ai apprécié la musique, mais ce n’était pas le vrai Kassav’!", renchérit un soixantenaire.
 

Retrouvez un extrait du concert :

Ce contenu n'est pas compatible AMP.


Tous pourtant ont vibré sur le dernier titre de la soirée : "zouk la sé sel médikaman nou ni". "C’était fantastique, on attendait tous cette chanson. Ça me rappelle l’atmosphère des fêtes au Surinam!" Devant la scène, un jeune homme s’attarde, profitant lui aussi d’une ambiance "fantastique" : "j’ai grandi avec cette musique parce que mon père et ma mère l’écoutaient beaucoup."

Certes le Kassav’ de légende n'était pas là. Mais qu’importe, quand Jacob scande "encore" en créole à la fin du tube "zouk la sé sel médikaman nou ni",  le public néerlandais du Kwaku Summer Festival en redemande.