Annick Girardin annonce 53 engagements regroupant 125 actions pour l'avenir de Mayotte

Girardin Mayotte
© Capture d'écran

Comme elle l’avait annoncé au premier jour de sa visite ce dimanche à Mayotte, la ministre des Outre-mer Annick Girardin a levé le voile sur les mesures de l’Etat pour l’avenir de l’île. Voici le détail des annonces.

La1ère Publié le , mis à jour le

La ministre des Outre-mer a présenté au dernier jour de sa visite à Mayotte les mesures de l'Etat pour l'avenir de l'île. L'Etat prend 53 engagements regroupant 125 actions sur la sécurité, la santé, la solidarité, la formation, l'éducation, le logement ou encore l'activité économique,    .

Ci-dessous, le discours de la ministre et le détail de ces mesures:  


Mesures de l'Etat pour reconstruire Mayotte

 

Regardez la conférence de presse de la ministre des Outre-mer depuis la Case du Rocher à Dzaoudzi-Labattoir (son intervention à 1H 15 minutes et 51 secondes)  


#Sécurité 

Sur le plan sécuritaire, la ministre des Outre-mer annonce la mise en oeuvre de la police de sécurité du quotidien (PSQ) de façon prioritaire, avec un renforcement de 20 gendarmes dès 2019 ; la poursuite de l’augmentation des effectifs de la police et de la gendarmerie nationales ; l'affectation durablement d'un 3e escadron de gendarmerie mobile, notamment pour la lutte contre l’immigration clandestine (LIC) et la sécurisation des transports scolaires.

Annick Girardin s'engage également à réorganiser la carte territoriale de la gendarmerie pour une meilleure couverture du territoire, avec la création de deux brigades, à Koungou en 2018 et à Dembéni en 2019 ; de créer une compagnie départementale d’intervention au sein de la direction de la sécurité publique; de doubler le nombre de réservistes de la gendarmerie et de la police mobilisables, mais aussi d'engager des actions déterminées de lutte contre le phénomène de bandes.

#Immigration clandestine 

Pour lutter contre l'immigration clandestine, Annick Girardin annonce la création d’un état-major opérationnel sous la direction d’un sous-préfet désigné à cet effet et d’un groupe d’enquête interservices spécialisé sur le volet financier des filières d’immigration, d’hébergement ou d’emploi des étrangers en situation irrégulière.

L'Etat prévoit également d'améliorer le traitement du signal du réseau des radars, afin d’augmenter le taux de détection des embarcations illégales.

#Education

Cette mesure était réclamée depuis longtemps par les élus mahorais. L'Etat décide la transformation du vice-rectorat en rectorat de plein exercice avec la nomination d'un recteur, dans un délais de 24 mois. 

L’État engagera plus de 500 M€ sur le quinquennat en faveur de l’investissement dans les constructions scolaires du premier et du second degré. Cet engagement correspond au double de celui consenti au cours du quinquennat précédent. 345 postes supplémentaires seront crées dès la rentrée 2018. 


#Santé

La santé est l’une des principales préoccupations à Mayotte. Une ARS, Agence régionale de santé, sera créé sur l’île sans préciser à quelle date.La modernisation du Centre hospitalier de Mayotte à hauteur de 172 millions. Un projet de santé mahorais 2018-2022 sera également élaboré pour permettre de mieux prendre en compte les besoins et les spécificités du gouvernement. 

La mise en place à compter de 2019 de la gratuité des soins (exonération du ticket modérateur pour les assurés sociaux sous conditions de ressources) afin de faciliter l’accès aux soins de ville et dans les pharmacies et le déploiement, à compter de 2022, de la couverture maladie universelle complémentaire (CMUC).

#Logement 

La cible de production de logements sociaux sera portée à 400 dès 2018 et cet effort ira croissant pendant le quinquennat avec, notamment, une intervention renforcée de la SIM. Cette ambition sera soutenue par l’augmentation des crédits de la politique du logement. Celle-ci sera augmentée de 50 % (30 M€) dès 2018.


#Transport 

L’État s’engage pour 15 ans pour un montant de 113,6 millions d’euros, notamment pour le développement des transports en commun, et en
participant financièrement aux travaux d’infrastructures qui leur sont liés.

L’État augmentera également son effort d’entretien des routes nationales avec un budget qui passera de 5 à 7 millions d’euros et  participera au financement de l’entretien des routes départementales pour un montant de 9,3 millions d’euros sur la période 2018-2020.

Le projet de contournement de Mamoudzou sera mis en oeuvre. Les études seront menées dès 2019. 

Sur le plan aérien, outre des aménagements de sécurité sur la piste de l'aéroport, l’État lance une mission pour l’amélioration de la desserte aérienne de Mayotte, afin d’agir sur le prix des billets et de permettre à plus d’avions long-courriers d’effectuer des vols sans escale de/vers la métropole