"Les frérots de la vela", une traversée de l'Atlantique racontée par des enfants

Paul et William à bord d'Orion, le voilier de la famille Leroyer-Goulet
© Hélène Leroyer-Goulet | "Les frérots de la vela", marque le début d'une série de reportages racontée par les enfants, et pour les enfants

Comment fonctionne un voilier, et comment y vivre, lorsque l'on est un enfant, le temps d'une traversée de l'Atlantique ? Ce sont les questions auxquelles Hélène Leroyer-Goulet a souhaité répondre à travers un documentaire dans lequel les reporters ne sont autres que Paul et William, ses enfants.

Pauline Rouquette
Publié le , mis à jour le

"Tu sais qu'il y a un bateau qui mène au pays des rêves..." C'est sur ces paroles de la chanson Liberta de Pep's que débute le documentaire d'Hélène Leroyer-Goulet. Ce bateau, c'est le sien. Celui qu'elle partage avec son mari et ses deux fils, Paul et William, âgés de six et cinq ans. Ensemble, à bord d'Orion, ils se sont lancés dans une traversée de l'Atlantique. Direction la Martinique.

Face caméra, ce sont ses enfants qui se glissent dans la peau de reporters pour raconter leur périple. Plus qu'un journal de bord, "Les frérots de la véla" est un documentaire à vocation pédagogique. A destination des enfants, il permet de comprendre comment fonctionne un voilier et comment se passent les 17 jours de traversée.

Paul et William à bord d'Orion, le voilier de la famille Leroyer-Goulet
© Hélène Leroyer-Goulet | La traversée de l'Atlantique, des Canaries à la Martinique, représente 17 jours de voyage

La mer, toujours la mer

Le bateau et les traversées, c'est, pour Hélène, une histoire d'amour qui ne date pas d'hier. Avec Laurent, son mari, ils ont navigué deux ans durant sur leur précédent voilier, Mandragore. Partis de Noirmoutier dont il est originaire, ils ont rejoint Tahiti en 2009. Sept ans plus tard, en 2016, elle rentre dans l'Hexagone et suit une formation de journaliste reporter d'images à l'Institut de Journalisme de Bordeaux-Aquitaine (IJBA).

Le retour en métropole ne sera que de courte durée. "L’appel de l’Outre-mer a eu raison de mon mari qui a saisi une opportunité de travail à Tahiti. Et nous voici tous revenus !" C'est d'ailleurs parce que son mari venait d'accepter un nouveau poste en Polynésie que le voyage s'est décidé, en avril dernier : il leur fallait alors rejoindre la Martinique pour rapprocher leur bateau de Tahiti. A ce moment, Hélène n'a pas tout a fait terminé sa formation en journalisme. Ses enfants, eux, sont encore à l'école. Mais il en faut plus pour l'effrayer. Hélène fera l'école aux enfants à bord, et le périple fera l'objet de son mémoire de fin d'études.
 

"Venant du web, j’avais envie de tourner et monter un produit filmé façon MoJo (NDLR : Mobile Journalism) en 4K avec un iPhone X. Initialement mon mari devait partir en bateau avec un ami. Au dernier moment, avec les enfants, nous avons pu rejoindre l’équipage aux Canaries."

 

Première transatlantique à quatre

Pour Paul et William, en revanche, cette "transat'" est une première, bien qu'ils aient déjà le pied marin. "Ils ont pas mal navigué, j’ai vécu mes grossesses à bord à Tahiti, et ils ont appris à marcher sur un bateau. Ils ont fait le Tour de France et d’Espagne lorsque nous avons ramené notre bateau d’Angleterre à Antibes... Mais la Transat, c’était une première et elle s’est décidée pour nous à la dernière minute."
 

Les enfants sont le coeur de ce projet. "Les frérots de la vela", c'est le début d'une série de reportages et de modules mettant en scène des enfants, tout cela à destination d'un jeune public. Ils y découvrent alors les termes techniques de la navigation, la vie à bord d'un voilier... Comment y jouer, y dormir, y manger. L'anecdote la plus parlante pour Hélène ? Celle de la joie des enfants après avoir pêché leur premier poisson. Expérience assortie de son lot de questions : Comment ne pas le faire souffrir pour le manger ? "Nous avons alors employé une technique très simple que des copains de bateau nous avait confié il y a quelques années" explique Hélène avant de poursuivre, "tout simplement un peu de rhum dans les ouïes ! Ainsi, le poisson ne se débat plus du tout, il ne souffre pas, il est dans une sorte de coma éthylique. On peut alors le vider et le préparer."

Paul et William à bord d'Orion, le voilier de la famille Leroyer-Goulet
© Hélène Leroyer-Goulet | Ce documentaire a donné à Hélène Leroyer-Goulet, de créer une série de reportages et documentaires dans lesquels elle ferait participer d'autres enfants

Sur tous les fronts

Au cours de cette aventure, Hélène aura été maman, navigatrice et journaliste à la fois. La traversée de l'Atlantique, entre les Canaries et la Martinique, représente plus de deux semaines de voyage. Il faut se relayer la nuit pour manoeuvrer, s'occuper des enfants, leur faire l'école... Tout cela en veillant à immortaliser chaque instant passé à bord et scruter le moindre détail pour que la version finale du documentaire soit le reflet parfait de l'idée initiale. "La trame du documentaire, je l’ai principalement écrite pendant mes quarts de nuit" explique-t-elle. Je m’étais préparée à ce que ce soit parfois compliqué, mais le concept me plaisait. J’ai eu de la chance car les enfants ont toujours été enthousiastes. C’est arrivé qu’ils ne veuillent pas s’exprimer. Dans ces moments-là il ne faut pas forcer, revenir plus tard, pour qu’ils gardent toujours l’envie de se prêter au jeu du “petit reporter”. A moi ensuite de réaliser quelque chose de sympa au montage avec les images dont je dispose."
Et surtout d'oublier les images manquées. Les conditions de tournage sont particulières, nombreux sont les plans qu'elle n'a pas réussi à obtenir, nombreuses sont les fois où elle a du délaisser son téléphone au profit du gouvernail...

Journal de bord de Paul et William
© Hélène Leroyer-Goulet

Des "Frérots de la vela" à Kid reporters

La réalisation de ce documentaire l'a confortée dans certains choix, notamment celui de travailler avec les enfants. Et un nouveau projet a finalement vu le jour. "Pouvoir lier journalisme et enfants m’a énormément plu. C’est d'ailleurs ce qui m’a donné l’idée de continuer au travers du projet “Kid reporters”. Hélène prévoit de réaliser d'autres films, des sujets "news" et des modules pédagogiques d'une à trois minutes. De nouveau établie à Papeete, elle compte désormais faire participer les enfants du Fenua qui se sentiraient l'âme d'un journaliste.
 

Nous démarrons de nouveaux reportages le 18 septembre pendant la semaine de vacances scolaires à Tahiti. Des enfants sont d'ores et déjà prêts à se glisser dans la peau de “Kid Reporters”. Des garçons et des filles âgés de 6 à 11 ans sont déjà inscrits.


Cap sur une nouvelle aventure à bord du projet "Kid Reporters" au centre de formation "Api Ora" à Papeete. Conférences de rédaction, reportages sur le terrain... Hélène espère, par ce biais, permettre aux enfants de travailler la confiance en soi et la prise de parole. Une confiance qu'elle a elle-même acquise en réalisant "Les frérots de la vela", même si certains regrets ont la peau dure... "J’ai eu parfois quelques soucis de son et je pense que ç'aurait été bien d’ajouter des images de drone" regrette-t-elle, avant d'ajouter, "on corrigera tout ça pour la traversée du Pacifique !"