Faire ses courses en Outre-mer coûte en moyenne 66% plus cher

Supermarché
© Patrick Lefevre / BELGA MAG / Belga

Le panier moyen des produits de consommation courante des Français n'a jamais été aussi cher en 2018, augmentant de 2,6% sur un an après cinq années de relative stabilité, selon l'association Familles rurales. Outre-mer, les prix sont "extrêmement élevés" par rapport à l’Hexagone.

ALB (avec AFP) Publié le

L'association de consommateurs publie, ce vendredi, les conclusions annuelles de son "Observatoire des prix" créé en 2006. Pour Familles rurales, "2018 a été une année record". Le prix moyen du panier, calculé sur la base de 35 produits de consommation courante répartis en 13 catégories, n'a jamais été aussi cher, à 139,50 euros, soit une hausse de 2,6% par rapport à 2017, après cinq ans de relative stabilité, plus que l'inflation (+1,8%).
 

100€ plus cher à Mayotte

En 2018, l’association a pris en considération la situation des consommateurs de trois départements d’Outre-mer : La Réunion, Mayotte et la Martinique. "Les consommateurs payent en moyenne, leurs courses 66% plus cher en Outre-mer qu’en métropole. A Mayotte, cette moyenne est encore plus remarquable et la différence de prix est de 73%" explique l’association dans son rapport.

Les territoires les plus marqués par les prix chers demeurent donc ceux d'outre-mer, avec un prix moyen du panier qui s'élève à 231,80 euros, soit 66% plus cher qu'en métropole (139,6 euros). A Mayotte, la situation est pire, le même panier y coûtant 241 euros. Il s'élève à 225,9 euros à La Réunion et 180,7 euros en Martinique. 
 

Coûts des transports et octroi de mer

Le constat est le même pour les "premier prix" : "Alors que la moyenne métropolitaine de notre panier premier prix s’établit à 104,8 euros, elle est de près de 183 euros en Outre-mer", détaille l’association. Elle est même de 215 euros à Mayotte, le record.

L'association de consommateurs met en avant deux facteurs explicatifs : "les coûts des transports et l'octroi de mer". Ces écarts de prix font dire à Familles Rurales qu'il est temps de lancer "une refonte des taxes applicables, à défaut d'augmenter (les) revenus" de ces Français ultramarins.
 

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête