Enex Jean-Charles nommé premier ministre d'Haïti

Enex Jean-Charles
© DR | Enex Jean-Charles

Enex Jean-Charles a été nommé premier ministre d'Haïti par un arrêté du président provisoire publié ce mardi soir. Fonctionnaire de carrière et professeur de droit administratif à l'université d'Etat d'Haïti, Enex Jean-Charles a été conseiller de Michel Martelly.

La1ere.fr avec AFP Publié le , mis à jour le

Enex Jean-Charles a été nommé premier ministre d'Haïti par un arrêté du président provisoire publié mardi soir sur le compte twitter officiel de la présidence. Voir le tweet ci-dessous:

Ex-conseiller de Michel Martelly

Fonctionnaire de carrière et professeur de droit administratif à l'université d'Etat d'Haïti, Enex Jean-Charles a été conseiller de plusieurs anciens présidents dont Michel Martelly, qui a achevé son mandat le 7 février sans pouvoir remettre le pouvoir à un successeur élu. 

Crise politique profonde

Cette nomination intervient moins de 48 heures après le rejet par le parlement de la politique générale du précédent chef de gouvernement, Fritz-Alphonse Jean, proposé par le président provisoire, Jocelerme Privert.  Haïti est plongée dans une crise politique profonde depuis que le processus électoral a été suspendu en janvier, en raison des accusations de l'opposition dénoncant un "coup d'Etat électoral" fomenté par Michel Martelly.
 

Report sine die de la présidentielle

En raison du report sine die du second tour de la présidentielle, Jocerleme Privert, à l'époque président du sénat, a été élu président provisoire le 14 février par le parlement. Au premier tour du scrutin présidentiel, le 25 octobre, le candidat du pouvoir, Jovenel Moïse, avait recueilli 32,76% des voix, contre 25,29% pour Jude Célestin, qui a qualifié ces scores de "farce ridicule".
 

Composition d'un gouvernement

Durant son mandat limité à 120 jours, Jocelerme Privert a pour mission d'achever le processus électoral pour que le pays retourne à l'ordre constitutionnel.  Enex Jean-Charles doit désormais s'atteler à la composition de son gouvernement et faire valider, dans les prochains jours, sa politique générale par les députés et sénateurs. Le président provisoire a déclaré attendre cette approbation du parlement pour publier officiellement la liste des membres du conseil électoral provisoire, étape indispensable à l'organisation des scrutins en suspens.