Emmanuel Macron a commencé son tour des Outre-mers par Saint-Pierre et Miquelon, l’archipel dont la ministre de la rue Oudinot est originaire. Stéphane Claireaux, député de Saint-Pierre et Miquelon salue les mesures annoncées en faveur de l’économie bleue et d’une plus grande intégration de l’archipel dans son environnement régional.
 

Stéphane Claireaux précise à La1ère  que "dans 18 mois, les élus d’Outre-mer seront là pour veiller à ce que les mesures soient prises concrètement".

 

Nouvelle-Calédonie : Sécurité et géopolitique

L’environnement régional, la géopolitique, c’est pour l’indépendantiste Paul Neaoutyine, président de la province nord de la Nouvelle-Calédonie, la force du discours d’Emmanuel Macron.
 

Côté loyaliste, Sonia Backès est, elle aussi, séduite par le discours d’Emmanuel macron lors de la remise du livre bleu des Outre-mer à l’Elysée. Elle retient pour sa part les mesures pour la sécurité, telle que la mise en place d’un RSMA (Régiment du service militaire adapté) à Bourail.
 


Guyane : Inventaire à la Prévert et Montagne d’or

En revanche, Gabriel Serville ne trouve pas la méthode très convaincante. Pour le député de Guyane, Emmanuel Macron s’est livré à "un inventaire à la Prévert".
 

En revanche, Rodolphe Alexandre, salue l’action d’Emmanuel Macron : "je crois que nous avons un président qui a parfaitement compris la situation de la Guyane".
 

Toutefois le président de la région Guyane rappelle qu’il souhaiterait avoir un peu plus "les coudées franches" sur des domaines comme les mines ou le pétrole. Emmanuel Macron n’a d’ailleurs donné aucun signe aujourd’hui de son approbation ou désapprobation au projet Montagne d’or.
 

La Réunion : pauvreté et pragmatisme

Nassimah Dindar, sénatrice de La Réunion a été conquise par la vision des Outre-mers d’Emmanuel Macron qu’elle trouve très pragmatique.
 

De son côté, Jean-Hugues Ratenon attend des résultats et ne voit pour l’instant que la progression de la pauvreté à La Réunion.
 


Guadeloupe : Famille et sur-rémunération

En Guadeloupe, Josette Borel-Lincertin, présidente du département se dit satisfaite des mesures annoncées en faveur de la famille et en particulier "la réorientation des aides". En revanche, elle se demande si la réponse à la vie chère est bien la bonne. "S’attaquer à la sur-rémunération" n’est pas pour elle la priorité.
 

Moins circonspect, Ary Chalus, En Marche de la première heure, apprécie la méthode et le rendez-vous donné dans 18 mois pour évaluer l’action mise en place  grâce à ce livre bleu.
 

 

Mayotte : Droit du sol et infrastructures

Les élus de Mayotte saluent dans leur ensemble le soutien du président à l’amendement Thani (NDLR : du nom du sénateur LREM Thani Mohamed Soihili) qui limite le droit du sol sur l’archipel.
 

Toutefois, Mansour Kamardine, député LR s’avoue déçu de ne rien voir sur le plan des infrastructures. Le député plaide pour l’allongement de la piste de l’aéroport ainsi qu’en faveur de la construction "d’un vrai port".
 


Polynésie : Un plan pour le climat

Maina Sage, député de Polynésie apprécie qu’enfin un chef de l’Etat français prenne conscience des "atouts que présentent" les collectivités d’Outre-mer et non pas seulement "des coûts".
 


Martinique : Du temps et des moyens

Miguel Laventure, vice-président de la région Martinique attend de voir  "les résultats dans 18 mois", mais il salue la démarche du président. 
 

Claude Lise, président de l’Assemblée de Martinique estime que ce livre bleu aboutira à des résultats s’il y a des moyens financiers et une mobilisation en Martinique.