L’ethnopsychiatrie, la thérapie du monde moderne [Transversale Santé en vidéo]

ethnopsychiatrie

La pratique est récente en France. Elle s’adresse surtout aux migrants et propose une forme de psychothérapie qui prend en compte l’histoire individuelle d’une personne, mais aussi sa culture, sa langue natale ou ses croyances. C’est l’ethnopsychiatrie.

Martin Baumer
Publié le

La psychothérapie est-elle universelle ? Doit-elle être, comme la médecine traditionnelle, appliquée à chacun de la même manière, selon une même procédure et une formation identique reçue par les thérapeutes ? Certains pensent que non, et ce qui est sûr, c’est que des patients ne trouvent pas forcément leur compte dans un modèle aujourd’hui prédéfini, dans une société pourtant multiculturelle.

C’est pourquoi une autre approche psychologique est parfois proposée pour venir à bout de certaines souffrances. Elle s’appelle l’ethnopsychiatrie et tient compte cette fois des attachements sociaux et culturels des patients, comme l’éducation, les langues ou encore les divinités. « Il faut une thérapie adaptée qui prend en compte leurs convictions » confie Viviane Rolle-Romana, Guadeloupéenne, docteur en psychologie et spécialisée en psychothérapie transculturelle.

« L’ethnopsychiatrie, c’est l’histoire de migrants, arrivant en France, et qui n’avaient aucun lieu pour parler de leur souffrance dans leur langue, poursuit-elle. Et de pouvoir dire, sans être considérés comme fous, que cette souffrance s’exprimait de manière assez spécifique : soit par des visions, soit par des voix… ce qui ne relève pas forcément d’une pathologie. »
 
L’ethnopsychiatrie, on en parle cette semaine dans Transversale Santé avec comme invitée le Dr Viviane Rolle-Romana et comme chroniqueuse le Dr Catherine Solano.