A l'affiche cinéma

Présenté par Jean-Marie Chazeau

A l'affiche cinéma

"Le jeune Karl Marx" : la matrice du marxisme

Le Jeune Karl Marx
© Diaphana

"Le jeune Karl Marx", nouveau film de Raoul Peck… Après James Baldwin et le documentaire "I am not your negro", c’est au travers de la fiction que le cinéaste haïtien s’empare d’une autre grande référence politique et intellectuelle...

Jean-Marie Chazeau
Publié le , mis à jour le

 "I am not your negro", c’était un documentaire choc sur le racisme aux Etats-Unis (nommé aux derniers Oscars) au travers d’un énergique montage d’images d’archives, d’extraits de pub, de films, et reposant sur un livre inachevé de James Baldwin. Pour parler de Karl Marx, Raoul Peck s’appuie également beaucoup sur ses écrits, mais recourt cette fois à la fiction et nous emmène en 1844, en pleine révolution industrielle en Europe, à la veille des révolutions politiques qui vont renverser tous les pouvoirs absolus sur le continent.
Il nous fait suivre à la trace un jeune couple, M. et Mme Marx, qui vont devoir quitter Berlin, pour Paris, puis Paris pour Bruxelles, en raisons des écrits politiques du mari, Karl, soutenu par Madame, et épaulé par un troisième personnage, anglais, fils de grand patron, Friedrich Engels.
Marx et Engels donc, mais loin des statues des vieux hommes barbus édifiées plus tard par le pouvoir soviétique.

On suit le couple Marx et leur ami Engels pendant quatre ans, leur vie privée, leurs actions politiques,  leurs échanges intellectuels… on est dans la fabrique de la pensée marxiste, en allemand, en anglais, en français, les comédiens passent d’une langue à l’autre…
En Belgique, le polémiste et sociologue Pierre Joseph Proudhon (Olivier Gourmet), considéré comme le grand penseur du socialisme libertaire, vient faire une conférence à Bruxelles, et dans les couloirs, c’est l’occasion d’un échange avec le jeune Karl Marx. Les deux hommes sont d’accord sur le constat, l’exploitation des travailleurs, mais pas sur la construction philosophique qui doit aider à la combattre…
On voit aussit l’apparition du célèbre slogan de ralliement : « prolétaires de tous les pays, unissez vous »… la naissance du parti communiste.
La grande Histoire, l’histoire d’un couple, l’histoire d’une amitié, c’est à la fois captivant et très bien recréé, on est plongé dans l’époque, avec des gens brillants qui ont fait bouger le monde rien que par leurs écrits. Même si leur pensée s’est dévoyée dans les plus grand totalitarismes du 20e siècle, ce que Raoul Peck évoque à peine dans un photo montage du générique de fin, qui mêle émeutes raciales aux Etats-Unis, libération de Mandela en Afrique du sud, ou bombardements au Vietnam… et là c’est un peu plus confus…
Reste que Raoul Peck gagne son pari de nous faire entrer dans l'Histoire, et grâce au succès de son précédent film, il va même partager son film dans le pays le plus anti-marxiste : les Etats-Unis, où il sera distribué l'an prochain !

Le Jeune Karl Marx (France-Allemagne-Belgique) de Raoul Peck, avec Auguste Diehl, Stefan Konarske, Vicky Krieps, Olivier Gourmet.
Sortie en France : mercredi 27 septembre 2017