A l'affiche cinéma

Présenté par Jean-Marie Chazeau

A l'affiche cinéma

"Les garçons sauvages" : l'île aux fantasmes

Les Garçons sauvages

Un film tourné sur l’île de la Réunion pour le cinéma, c'est rare… Voici une fantasmagorie en noir et blanc parsemée de couleurs, et qui nous plonge dans une atmosphère étrange qui joue à fond la confusion des genres et la carte d'un végétal totalement sexualisé !

Jean-Marie Chazeau
Publié le , mis à jour le

Voilà un film qui n’a rien de réaliste, dans le fond comme dans la forme. Il raconte comment 5 garçons de bonne famille, après un meurtre sauvage, sont embarqués par un vieux loup de mer, un capitaine chargé de les remettre dans le droit chemin. Il les fait débarquer sur une île très spéciale, ou la végétation est une invitation permanente à l’acte sexuel.
Quand on ajoute que le film est en noir et blanc, avec des scènes en couleur qui éclatent soudain sur l’écran ; que les 5 jeunes garçons sont joués par des actrices, que tout se passe dans un début de XXe siècle fantasmé, on comprend que c’est un film vraiment à part.

La confusion des genres


Dans les champs, de grandes herbes fouettent ceux qui les traversent, sur les branches des arbres des excroissances laissent s’écouler un liquide blanc auxquels s’abreuvent les garçons, des toiles d’araignées gluantes qui les emprisonnent…
Bertrand Mandico réalise là son premier long métrage, mais il a derrière lui plusieurs courts, aux titres évocateurs comme « Notre Dame des hormones » ou encore « y-a-t-il une vierge encore vivante »…
Il a choisi des actrices pouvant facilement passer pour des garçons, dont Vamala Pons qu’on avait vu l’an dernier dans « La loi de la jungle » tourné en Guyane, avec Vincent Macaigne et Pascal Legitimus, et qui est donc repartie tourner outre-mer. 
On est dans la confusion des genres, mais il faut accepter aussi d’embarquer dans ce film très onirique, fantasmagorique qui peut dérouter, rebuter ou au contraire enchanter. Il y a des trouvailles visuelles, des sensations, c’est du cinéma qui joue avec le son, le grain de la pellicule, avec des trucages qui font penser aux débuts du cinéma, et en même temps c’est très moderne dans le ton.


Et l’île de la Réunion dans tout ça ?


La Réunion offre surtout ses décors : plages de sable noir, forêt primaire, et même pour le début du film, la maison au Tampon qui avait servi à François Truffaut pour y tourner « La Sirène du Mississipi » avec Catherine Deneuve et Jean-Paul Belmondo en 1969. Film qui a longtemps été le seul réalisé sur l’île, et depuis, les tournages pour le cinéma sont très peu nombreux. Dans quelques semaines, on en verra un autre sur les écrans, grand public cette fois-ci : « Larguées », une comédie avec Miou-Miou et Camille Cottin.
En attendant, on peut se laisser happer par cette île mystérieuse et presque déserte, transfigurée par Bertrand Mandico.
Les Garçons sauvages, dans le bateau
© UFO
Les garçons sauvages (2017) de Bertrand Mandico. Avec Pauline Lorillard, Vimala Pons, Diane Rouxel, Anaël Snoek, Mathilde Warnier, Elina Löwensohn. Sortie France : le 28 février.