A l'affiche cinéma

Présenté par Jean-Marie Chazeau

A l'affiche cinéma

"Chavela Vargas" : une "macha" au pays des machos

Chavela Vargas

C'est une des voix les plus singulières du XXe siècle : Chavela Vargas, chanteuse mexicaine adulée par Pedro Almodovar. Un documentaire passionnant sort en salles pour retracer le parcours chaotique et rebelle d'une femme qui a réussi à imposer sa liberté.

Jean-Marie Chazeau
Publié le , mis à jour le

Il y a 23 ans, elle remplissait l’Olympia grâce à Pedro Almodovar. Le cinéaste espagnol idôlatre cette diva mexicaine qui avait alors dépassé les 80 ans, et qui rêvait de chanter sur la même scène qu’ Edith Piaf… Née entre les Caraïbes et le Pacifique, au Costa Rica en 1919, Chavela Vargas a fui son pays et sa famille très jeune pour tenter de vivre plus librement au Mexique.

Chavela Vargas

Elle va rapidement s’imposer dans les cabarets en s’appropriant le répertoire chanté par les hommes, la ranchera. Elle ressemble d’ailleurs à un homme, et dans le film qui lui est consacré, elle confie avec beaucoup d’humour : « j’avais l’air d’un travesti »… Visage allongé, à angles droits, rarement maquillée, elle coupera la longue tresse de ses débuts, mais ne révélera son homosexualité qu’à l’âge de 81 ans. Elle était déjà depuis longtemps une sorte de « hors la loi » sexuelle, en butte à tous les conservatismes, surtout dans un pays macho comme le Mexique … et elle réussit à se faire respecter des hommes tout en se conduisant en vraie "macha" amoureuse avec les femmes, et apprenant aux enfants à tirer à balles réelles !

trop de tequila


Une vie libre, mais aussi très arrosée de tequila… Ce qui finira par briser sa carrière… jusqu’à ce retour de flamme via le cinéma de Pedro Almodovar qui choisit sa voix et ses chansons pour la bande originale de "Kika", ou encore celle de "La fleur de mon secret". Elle donne un premier concert à Madrid qui laisse bouche bée les spectateurs : le phénomène était lancé….


L’une des réalisatrices de ce documentaire, Catherine Gund a filmé Chavela Vargas en 1991 au Mexique, une interview où la vieille dame indigne est encore très alerte et très drôle, et qui sert de fil rouge au film, entre témoignages de ses amis, et celui très rare d'une de ses petites-amies, mais aussi beaucoup d’archives. Qui nous emmènent notamment chez la peintre Frida Kahlo, dont elle a été très très proche… Ou à Accapulco, la station mexicaine du Pacifique où le tout Hollywood se pressait dans les années 50. On dit même que Chavela Vargas aurait quitté un dîner donné par Elizabeth Taylor au bras d’Ava Gardner.

"adieu volcan"


Le film est sans doute un peu trop à la gloire de son sujet, mais il faut dire Chavela Vargas crève l’écran, un sacré tempérament, et le parcours de cette femme est passionnant à suivre. Elle est morte en 2012, à l’âge de 93 ans, après une tournée dédiée au poète Federico Garcia Lorca, et Mexico lui a fait des obsèques quasi nationales. Pedro Almodovar a écrit une lettre à sa mort, qu’il a intitulé : « adieu Volcan ». Tout est dit.

Chavela Vargas

"Chavela Vargas, la légende de la musique mexicaine" (Mexique) film documentaire de Catherine Gund et Daresha Kyi. Sortie nationale le 15 novembre 2017