Coupe du monde 2018 : qui est la Croatie, l’adversaire des Bleus en finale ?

Equipe de Croatie
© Mladen Antonou/ AFP

La Croatie s’apprête à jouer ce dimanche la première finale de Coupe du monde de son histoire. Même si les Croates ne sont pas donnés favori face à la France, cette sélection dispose de nombreux atouts dont il faudra se méfier.
 

Sabrina Soualmia
Publié le , mis à jour le

 

 
Modric
La Croatie dispose évidemment de footballeurs de grand talent, qui figurent parmi les meilleurs du monde à leur poste.
Luka Modric, le coéquipier du Martiniquais Raphaël Varane au Real de Madrid sera le danger n°1 des Bleus dimanche en finale. Le milieu de terrain croate est le métronome de cette équipe. "Techniquement, il sait tout faire : garder le ballon, gérer le tempo, faire des passes tueuses, tirer et marquer," insiste Davor Suker, l’ex-international devenu aujourd’hui président de la Fédération croate.

 
Rakitic
Ivan Rakitic est l’autre atout de cette formation croate. Avec Luka Modric il forme un duo complémentaire au sein de cette sélection. Le milieu de terrain du FC Barcelone est réputé pour être un passeur hors-pair à la finition exceptionnelle. Ivan Rakitic est aussi un joueur polyvalent capable capable de jouer plus bas dans un registre plus défensif.


 
Mandzukic
Mario Mandzukic, buteur héroïque lors des prolongations face à l’Angleterre, le joueur de la Juventus, a permis à la Croatie de se qualifier pour la première fois en finale d’une Coupe du monde. Souvent décisif, Zlatko Dalic, le sélectionneur, en a fait un des hommes les plus importants de son dispositif tactique.
 

Une équipe aux qualités physiques

 
équipe de Croatie
© Sebnem Coskun /ANADOLU AGENCY / AFP | Scène de joie des joueurs croates après leur qualification en demi-finale face à l'Angleterre
Trois prolongations de suite pour une seule et même équipe, c’est quasiment du jamais vu en phase finale de Coupe du monde. La Croatie est l’équipe qui a le plus joué durant cette compétition avec 504 minutes passé sur le terrain. C’est 90 minutes de plus (soit l’équivalent d’un match) que l’équipe de France, son adversaire en finale. Une énergie saluée par le sélectionneur croate Zlatko Dalic lors d’une anecdote riche de sens dévoilée en conférence de presse à l’issue de la demi-finale remportée face à l’Angleterre. "À un moment, je voulais faire des remplacements mais personne ne voulait sortir. Certains joueurs ont joué avec des petites blessures, le genre de blessures qui auraient pu leur faire manquer d'autres matches. C'est incroyable, personne ne voulait abandonner".
 

Un mental d’acier


Après une phase de poule sans accro face au Nigéria, l’Argentine et l’Islande, la Croatie a eu un peu plus de mal lors des matchs à élimination directe. Menée au score par l'Angleterre, mais aussi par le Danemark et la Russie, les Croates n’ont jamais cédé à la panique. Ils ont fait preuve de sang-froid à chaque fois pour revenir au score ou lors de la séance des tirs aux buts face à la Russie, pays organisateur.

Les Bleus devront se méfier de cette équipe au mental à tout épreuve qui ne s’avoue jamais vaincue. " Il n'y a plus de pression aujourd'hui. Je ne vais pas rajouter de la pression sur les épaules de mes joueurs avant une telle rencontre. Le stade sera plein, le monde entier regardera, alors je leurs dis : sortez, jouez votre football, ne soyez pas inhibés ni distraits. C'est le plus beau moment de notre vie à tous," a martelé le sélectionneur de la Croatie à quelques heures d’une finale historique au stade Loujniki de Moscou.