Les Comoriens ont approuvé lundi à une écrasante majorité (92,74%) une réforme constitutionnelle qui renforce les pouvoirs du président, l'autorisant notamment à briguer deux mandats consécutifs, a annoncé mardi la commission électorale indépendante.
 

63,9 % de participation

"Je vous donne les résultats au niveau national. Oui: 172.240, soit 92,74%. Non: 13.338, soit 7,26%", a déclaré le président de la commission, Ahmed Mohamed Djaza, dans une conférence de presse à Moroni. La participation nationale au référendum organisé lundi est de 63,9%, a-t-il ajouté.

Le chef de l'Etat Azali Assoumani, un ancien putschiste élu à la présidence en 2016, avait créé la surprise il y a trois mois dans le petit archipel de l'océan Indien en annonçant un référendum constitutionnel.
 

Un référendum jugé "illégal"

Le projet adopté lundi permet au président d'effectuer deux mandats de cinq ans consécutifs, et non plus un seul. Il supprime aussi les trois postes de vice-présidents et la Cour constitutionnelle, et fait de l'islam la "religion d'Etat" dans ce pays où 99% de la population est musulmane. L'opposition, qui avait jugé le référendum "illégal", avait appelé au boycottage du scrutin.