Un cliché spectaculaire immortalise un lion de mer tombant dans la gueule d'une baleine

Rarissime photo d'un lion de mer tombant dans la gueule d'une baleine
© Chase Dekker, AFP

La photo spectaculaire d'un lion de mer tombant accidentellement dans la gueule grande ouverte d'une baleine a fait le tour de la toile, mercredi. Le photographe et biologiste marin Chase Dekker à l'origine du cliché a évoqué un moment "unique dans une vie".

La 1ère avec AFP Publié le , mis à jour le


C'est un cliché rare, exceptionnel, "unique dans une vie" a même dit le photographe qui en est à l'origine. Sur la spectaculaire image qui a fait le tour de la toile, mercredi 31 juillet, un lion de mer tombe accidentellement dans la gueule grande ouverte d'une baleine à bosse.

Chase Dekker, photographe animalier et biologiste marin, a pris cette photo le 22 juillet depuis un bateau pendant une expédition d'observation des baleines dans le Pacifique, au large de la baie de Monterey, en Californie. "J'ai vu beaucoup de choses complètement folles, mais jamais rien de tel", a commenté l'homme, âgé de 27 ans, qui photographie la vie sauvage depuis une dizaine d'années.
 


 

Repas 100% krill et petits poissons

Comme ce dernier l'a expliqué sur Instagram et dans des interviews, un groupe de baleines était en train de chasser frénétiquement les anchois lorsqu'un lion de mer malchanceux, passant par là, n'a pu s'écarter à temps et a fini à l'intérieur de la gueule du cétacé. Chase Dekker s'est alors saisi de son appareil photo pour immortaliser cette scène improbable.
En effet, la baleine à bosse se nourrit exclusivement de krill et de petits poissons. D'ailleurs, celle-ci n'a jamais refermé ses mâchoires sur le malheureux lion de mer qui a finalement pu s'échapper après s'être fait une belle frayeur.

"J'étais en extase. Je venais de capturer un moment que je ne reverrai probablement jamais", a raconté Chase Dekker. "Ce lion de mer aura vécu une vraie expérience à la Jonas (prophète de la bible hébraïque, recueilli dans le ventre d’un grand poisson durant trois jours et trois nuits avant d'être recraché le rivage, NDLR)"