Chlordécone aux Antilles : que peut-on cultiver et sur quelles parcelles ? [Cartes interactives]

Cartes chlordécone
© Outre-mer La 1ère

Vous habitez la Guadeloupe ou la Martinique et souhaitez connaître le taux de pollution au chlordécone des terres où poussent les fruits et légumes que vous consommez ? Zoom sur deux cartes interactives compilant l’ensemble des résultats des analyses effectuées par l’État aux Antilles.

Angélique Le Bouter
Publié le , mis à jour le

Deux cartographies interactives accessibles gratuitement sur internet permettent de visualiser le niveau de pollution au chlordécone des sols en Guadeloupe et en Martinique : KaruGéo et GéoMartinique. Les deux sites ont compilé tous les résultats des analyses réalisées par l'État depuis le début des années 2000. Le pesticide utilisé dans les bananeraies des Antilles de 1972 à 1993 a pollué durablement l’eau et les terres des deux îles et continue de contaminer les productions agricoles. 

Pour consulter ces cartes, cliquez sur les deux icônes violettes dans la photo ci-dessous. À gauche, la Guadeloupe et à droite, la Martinique. 


 

Comment lire les cartes? 

Un code couleur permet de visualiser en un coup d’œil la contamination des sols et, par conséquent, le type de productions possibles.
Légende cartes interactives chlordécone
© Outre-mer La 1ère


La carte de la Martinique opte pour une représentation de la pollution (une contamination "nulle" en vert foncé, une contamination "forte" en orange), alors que la carte de la Guadeloupe présente ces mêmes données sous la forme du type de productions possibles (sur les parcelles en vert foncé où le taux est le plus bas, l’élevage et toutes les cultures végétales sont possibles. En revanche, sur les terrains en orange, où le taux est supérieur à 1mg/kg, les cultures des fruits et le maraîchage doivent se faire sans contact avec les sol.)

Chlordécone
© Capture d'écran karugeo.fr | Exemple de contamination des sols sur la commune de Capesterre-Belle-Eau en Guadeloupe.

 

Chlordécone outils

Avant d’explorer virtuellement les deux îles, quelques précisions s’imposent.

D'abord, la molette de la souris peut vous permettre d’agrandir ou de rapetisser la carte. Ensuite, sur la droite se trouve une barre avec plusieurs outils. Pour zoomer sur une zone, il est nécessaire de cliquer sur la loupe avec le "+" puis de cliquer dans la carte pour définir la zone que vous souhaitez agrandir.

De la même manière, cliquez sur le "i" puis sur un point dans la carte pour que s’affichent l’origine des données spécifiques à ce lieu et les conséquences sur les cultures. Appuyez sur le "+" en bas de la barre d’outils pour faire apparaître de nouveaux éléments. Vous pouvez, par exemple, sauvegarder ou exporter une carte.

En haut à gauche de la carte, deux onglets permettent d'accéder à des informations supplémentaires. Grâce à l’onglet "Localiser", il est possible d'explorer la carte commune par commune, et même parcelle par parcelle, si vous disposez des numéros d'identification.

Chlordécone cartes
© Capture d'écran geomartinique.fr | Exemple de contamination des sols autour de la commune de La Trinité en Martinique.


L’onglet "Données" vise, quant à lui, à ajouter ou de supprimer différentes couches d’informations. Plusieurs lignes ("BD TOPO", "BD ORTHO") permettent d’améliorer la précision du support cartographique. Certaines de ces informations ne sont disponibles qu’en zoomant dans la carte. La donnée SCAN permet de choisir entre un plan dessiné ou une vue satellite. En Martinique comme en Guadeloupe, il est possible de faire apparaître les délimitations des parcelles (cochez "parcellaire" en Guadeloupe ou "cadastre parcellaire de la Martinique")

De quand datent les informations? 

La carte de la Guadeloupe a été actualisée fin juin 2019 avec les résultats des derniers prélèvements effectués localement. Les résultats les plus anciens datent de 2001. Les terrains cultivés en bananes entre 1969 et 1997 y figurent également, même quand le sol n’a pas encore été analysé.

La carte de la Martinique a, elle, été actualisée fin novembre 2018. Les données les plus anciennes sont des analyses réalisées à partir de 2003.
 

D’où viennent les données ?

Il s'agit des résultats d'analyses réalisées par différents organismes de l'État. Seule une petite partie des sols a été analysée. 

Dans sa carte de la Guadeloupe, karugeo.fr compile les prélèvements géoréférencés réalisés de 2001 à 2018 par la Chambre d'Agriculture, le programme jardins familiaux (JAFA) chez des particuliers, de l’Instance Régionale d’Éducation et de Promotion de la Santé (IREPS), les services de l'État, le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique (CIRAD), et le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM). 

La carte recense également les terrains cultivés en bananes entre 1969 et 1997, identifiés par l’étude ChlEauTerre réalisée par l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA). Ces terres présentent une probabilité de contamination par la chlordécone non négligeable. Sur ces parcelles, il est conseillé de s'y limiter aux productions agricoles non sensibles au pesticide : cultures fruitières, arbustives et cultures maraîchères sans contact avec le sol uniquement.

Pour la Martinique, le site GéoMartinique.fr recense également les résultats d'analyses réalisées entre 2003 et 2017 par des organismes comme la Chambre d'Agriculture et la Fédération Régionale de Défense contre les Nuisibles (FREDON), la Direction de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt (DAAF) de Martinique, le CIRAD, le projet ALUR de la Direction de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DEAL) de la Martinique. Retrouvez l'intégralité des sources de données en cliquant ici.
 

 




 

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête

Votre avis nous intéresse !

Nous aimerions savoir ce que vous pensez de notre site.

Je participe à l'enquête