"Le groupe des ‘Noirs’ est un groupe indépendant de ‘carnavaleux’ qui fait partie de la tradition du carnaval de Dunkerque. Pour leurs 50 ans, ils organisent le 10 mars un bal de carnaval où les membres du groupe seront grimés en noir", a expliqué à l'AFP Pascal Bonne, tambour-major de la "bande de Dunkerque", figure du festival.

"Notre couleur de peau n'est pas un déguisement", a écrit la "Brigade anti-négrophobie", quand elle a eu connaissance de l'organisation de ce bal. "On demande à ce qu'ils enlèvent tout ce qui s'apparente à la négrophobie faciale. On ne souhaite pas qu'ils singent le Noir", a affirmé à l’AFP Franco Lollia, porte-parole du collectif, qui a refusé de quantifier la représentativité du collectif.


Le maire de Dunkerque Patrice Vergriete s'est déclaré quant à lui "scandalisé par les accusations sans fondement qui sont portées contre notre carnaval". "Non les Dunkerquois ne sont pas racistes ! Ils sont les héritiers d'une tradition séculaire qui porte en elle, décennie après décennie, l'esprit de camaraderie, de tolérance, de dérision et de caricature de tous par tous".

Ce contenu n'est pas compatible AMP.

De son côté, Pascal Bonne, juge cette polémique "ridicule et incompréhensible". "Le carnaval chez nous, c'est tout sauf ça, il n'y a ni politique, ni racisme, ni religion. (...) Le carnaval est un moment de partage, de dérision".