Au moins 10 morts dans le naufrage d'un bateau de migrants haïtiens au large des Turques-et-Caïques

Turques-et-Caïques
© DR | Vue de l'archipel de Turques-et-Caïques.

Au moins dix Haïtiens ont péri dimanche lors du naufrage de leur embarcation au large de l'archipel de Turques-et-Caïques (sud des Bahamas), dont la police et les services d'immigration sont parvenus à secourir quatorze personnes.

La1ere.fr (avec AFP) Publié le , mis à jour le

Les rescapés ont été retrouvés au large d'une partie inhabitée de l'archipel, situé à 200 kilomètres au nord de Haïti, dans des eaux infestées de requins, laissant peu d'espoir de retrouver d'autres passagers en vie. Les autorités "ne sont pas encore en mesure de se prononcer sur le nombre exact de personnes qui étaient sur le bateau. Cependant, dix corps sans vie ont été repêchés", a indiqué la protection civile haïtienne lundi soir dans un communiqué.
           
Dans le pays miné par une pauvreté extrême, où plus de 60% de la population vit avec moins de deux dollars par jour, les habitants tentent régulièrement de rejoindre illégalement par la mer l'archipel des Bahamas ou les îles Turques-et-Caïques, sous autorité britannique. Une quarantaine de migrants ont disparu en octobre au large des Bahamas dans un naufrage. Seuls neuf passagers ont survécu.
           

Vague migratoire sans précédent

Faute de trouver un emploi dans leur pays, des dizaines de milliers de jeunes Haïtiens se sont exilés sur le continent américain, en particulier au Chili et au Brésil, où les procédures d'obtention de visa étaient les plus aisées. Environ 165.000 Haïtiens se sont installés au Chili au cours des quatre dernières années. Face à cette vague migratoire sans précédent, le gouvernement chilien impose depuis avril 2018 un visa d'entrée aux ressortissants haïtiens. A l'historique immigration massive aux Etats-Unis se substitue désormais cette émigration vers des pays voisins et vers le Canada.
 

L'actu en vidéo

Air New Zealand autorise les tatouages pour son personnel