Attentat à Nice : une minute de silence et Manuel Valls hué sur la Promenade

Attentat à Nice : une minute de silence et Manuel Valls hué à Nice
© Valery HACHE / AFP | Des milliers de personnes rassemblées pour la minute de silence sur la Promenade des Anglais, à Nice, ce lundi midi.

A Nice, des milliers de personnes étaient rassemblées sur la Promenade des Anglais pour la minute de silence. Pompiers et forces de l’ordre ont été applaudis. Manuel Valls a lui été hué par la foule.

Laura Philippon (envoyée spéciale à Nice) Publié le , mis à jour le

Pour ce troisième jours de deuil national, la France s'est figée lundi à midi, pour une minute de silence en hommage aux 84 victimes de l'attentat du 14 juillet à Nice. Parmi elles, les deux enfants d’une maman originaire de Guadeloupe ainsi qu’une mère de famille de Madagascar.

Sur la Promenade des Anglais, des milliers de personnes étaient rassemblées en présence notamment du Premier ministre, Manuel Valls et de la ministre de la Santé, Marisol Touraine.

Manuel Valls hué

Les membres du gouvernement ont été hués à leur arrivée puis une seconde fois à leur départ. "Assassins!", "Démission!", pouvait-on entendre dans la foule alors que d’autres hurlaient "Arrêtez", "Taisez vous", "Pas ici". Mêlée à l’émotion, la tension était vive sur la Promenade.

Applaudissements pour pompiers et forces de l’ordre

Après la minute de silence, la Marseillaise a été entonnée. La foule a ensuite longuement applaudi les membres des forces de l'ordre et les secours.


"D’habitude, nous sommes insultés et aujourd’hui applaudis, ça fait du bien", confie une jeune policière municipale en pleurs au moment de la minute de silence.

A côté, une jeune femme vient vers une autre policière : "Je crois que c’est vous qui m’avait aidé à fuir jeudi soir". La policière confirme, elle était bien là et a aidé des gens à se protéger. 

Recueillement

Avant de se disperser, de nombreuses personnes ont déposé fleurs, messages, peluches et bougies le long de la Promenade. "Je n'arrive toujours à me dire que j'ai échappé à un attentat", murmure une jeune fille présente au feu d'artifice du 14 juillet.