En 1896, Mesdames Leroux et Laborde font placer une statue de Notre-Dame de Lourdes sur la route du Grand Brûlé. Surmontée d'un parasol (parapluie en créole), cette Vierge est destinée à préserver les habitants de Bois Blanc des colères du volcan.
Cela ne l'empêche pas d'être ensevelie sous une coulée de lave en 1961. En 1963, la Vierge refait son apparition dans l'Enclos. Toujours surmontée d'un parasol, peinte en bleue et blanc. Plus grande que la précédente, elle est réinstallée à quelques kilomètres du premier oratoire.
 

Déménagements à répétitions

Installée sur un site théoriquement moins exposé aux coulées de lave, la Vierge au Parasol n’aurait pas dû bouger mais le Piton de la Fournaise menace à nouveau la statue en janvier 2002. Par mesure de précaution, la Vierge est mise en sécurité sur le site de Piton Sainte Rose. En 2005, elle est à nouveau mise à l'abri lors d'une autre éruption volcanique.
Suite à ces difficultés, des travaux sont entrepris pour permettre à la statue d’être installée au Grand Brûlé le 15 août 2011. La même année, une réplique de la statue est façonnée, pour que la Vierge n’ait pas à être déplacée pour la fête de l’Assomption.

Le couple May Collet fut longtemps "le protecteur" de la Vierge au Parasol. Dans ce reportage de 2011 d'Isabelle Allane, ils reviennent sur les péripéties de la statue : 
La Vierge au Parasol


Profanations 

En janvier 2014, la statue de la Vierge au Parasol est retrouvée décapitée. En avril 2015, elle est recouverte de tags satanistes. 
Depuis ces péripéties, la Vierge au Parasol a pris place à l’église Notre Dame des Laves où elle est désormais placée sous surveillance.