Archives d'Outre-mer - Martinique 1993 : Césaire et le lycée Schoelcher de Fort-de-France

Césaire et le lycée Schoelcher de Fort-de-France
© ERIC FEFERBERG / PATRICE COPPEE / AFP

L'année de son quatre-vingtième anniversaire, Aimé Césaire est retourné à l'école, dans "son" lycée. Le lycée Schoelcher de Fort-de-France a jalonné d'étapes clefs la vie du célèbre Martiniquais. Les archives d'Outre-mer vous propose d'y revenir le temps de retrouvailles avec ses anciens élèves.

Odile Paul
Publié le

Césaire étudiant

Aimé Césaire fréquente l'école primaire de Basse-Pointe, sa ville natale. C'est un élève brillant. Il obtient une bourse pour le lycée Schoelcher à Fort-de-France. C'est là qu'il rencontre Léon-Gontran Damas. 
Dans les années 30, Aimé Césaire est étudiant à Paris. Il fait hypokhâgne puis khâgne au lycée Louis-le-Grand. En 1935, il réussit le concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure (ENS) et y poursuit ses études. En 1937, il se marie avec Suzanne Roussi, une étudiante martiniquaise, à la mairie du XIIIe arrondissement. 


Césaire enseignant

En 1939, le couple retourne enseigner en Martinique. Césaire a 26 ans. Il enseigne les lettres au lycée Schoelcher. Professeur atypique, il enseigne plus debout qu’assis. Il est surnommé par certains élèves le « lézard vert », parce qu’il porte un costume vert et une cravate rouge. Tous témoignent de son charisme. Son enthousiasme captive. Tous avouent avoir été marqués par ce professeur charismatique.

J'ai gardé un souvenir véritablement exceptionnel de l'année que j'ai passée à suivre les cours d'Aimé Césaire. Roland Suvelor, extrait "Décompte de l'an 2000" de Jean-Philippe Matime


Une autre élève parlant des cours d'Aimé Césaire :

C'est un plaisir intellectuel à l'état pur, presque comme une émotion esthétique. Un plaisir très très vif et très pur, presque une trancendance. Ady Petitjean Roget, extrait "Décompte de l'an 2000" de Jean-Philippe Matime


Dans son dossier personnel d'enseignant, sa hiérarchie le qualifiera de "Professeur brillant et d’une très haute culture".

Aimé Césaire le reconnaît, il a aimé exercer son premier métier :

Ce qui l'a emporté, c'est le désir de faire comprendre, de faire aimer, de faire passer un message. J'ai fait vraiment avec amour et avec passion. Aimé Césaire, 1993


Frantz Fanon, Edouard Glissant, Xavier Orville comptent parmi les élèves célèbres du professeur Césaire.

Césaire écrivain

Au lycée Schoelcher, Aimé Césaire rencontre René Ménil, un collègue, professeur de philosophie. René Ménil et le couple Césaire fondent la revue Tropiques, accompagnés d'autres amis et intellectuels martiniquais, comme Georges Gratiant ou Aristide Maugée. En avril 1941, Le bateau qui emmène André Breton en exil, fait escale à Fort-de-France. Alors que Breton est dans une mercerie, il tombe, par un hasard surréaliste, sur le premier numéro de la revue Tropiques. Impressionné, Breton rencontre Césaire, dès le lendemain, par l'intermédiaire de la mercière, sœur de René Ménil. André Breton repart vers New York avec un exemplaire du Cahier d’un retour au pays natal. Il permettra au premier chef-d'oeuvre de Césaire de connaître une renommée mondiale.

Regardez ce reportage de Marie-José Alie et Luc de Saint-Sernin de RFO Martinique diffusé le 26 juin 1993 montrant Aimé Césaire, très ému, dans une classe de son lycée lors des retrouvailles avec ses élèves : 
Césaire et ses élèves au Lycée Schoelcher


Le lycée Schoelcher a donc été lieu de formation, lieu de travail et lieu de rencontres pour Aimé Césaire. Il est attaché à ce lieu. Alors que le bâtiment est menacé de destruction, il demande en octobre 2007, à la ministre de la Culture, le classement du lycée comme monument historique.