Annick Girardin annonce des renforts de sécurité à Mayotte [Encadré]

Arrivée Girardin à Mayotte
© Ornella LAMBERTI / AFP

Au premier jour de sa visite à Mayotte, la ministre des Outre-mer annonce, conjointement avec son collègue de l'Intérieur, une série de mesures pour renforcer la sécurité et lutter contre l'immigration clandestine. Le détail ici. 

La1ere.fr Publié le , mis à jour le

Renforcer la sécurité et lutter contre l'immigration clandestine : c'est la demande urgente des manifestants qui ont entamé le 20 février dernier une grève générale à Mayotte. Au premier jour de sa visite dans l'île, la ministre des Outre-mer a affirmé qu'elle venait pour annoncer des moyens supplémentaires. Dans un communiqué, les ministères des Outre-mer et de l'Intérieur viennent d'en donner le détail. Voici le détail de ces annonces :

Lutte contre l'insécurité au quotidien

- Maintien sur le territoire, jusqu’à la fin de l’année scolaire, de 60 gendarmes supplémentaires (par le maintien de l’escadron de gendarmes mobiles arrivé en renfort début mars)

- Pérennisation du demi-escadron de gendarmes mobiles affecté en renfort de la gendarmerie départementale depuis 2016

- Création d’une brigade de gendarmerie nationale à Koungou

-  Augmentation de 50% des effectifs de la réserve territoriale de la Gendarmerie (actuellement 60 réservistes)

-  Accélération de l’arrivée de nouveaux renforts :
  •  10 policiers supplémentaires arrivent en mars 2018 et 16 gendarmes d’ici au 1er août 2018
  •  Ces effectifs permettront notamment d’armer la nouvelle brigade de prévention de la délinquance juvénile de la gendarmerie
- Augmentation des crédits du Fonds interministériel de prévention de la délinquance à 330.000 €, notamment pour faciliter le développement de la vidéo-protection et un partenariat dans le cadre de la zone de sécurité prioritaire en cours de création

-  Déploiement de la police du quotidien à Mayotte, avec :
  •  L’arrivée de 20 gendarmes supplémentaires (affectés pour les 2/3 dès 2019, soit une affectation plus rapide que le rythme national)
  •  L’arrivée de 10 policiers supplémentaires

Lutte contre l'immigration clandestine

- Création ce mois-ci d’un Etat-major opérationnel de lutte contre l’immigration clandestine, à terre et en mer, sous la direction d’un sous-préfet - chef d’Etat-major

-  Envoi immédiat par la Marine Nationale d’un navire patrouilleur militaire pour renforcer les capacités de surveillance en haute mer jusqu’à l’arrivée des nouveaux intercepteurs (été 2018)

-  Engagement et garantie une capacité d’intervention H24 en mer par ces moyens renforcés et grâce à une nouvelle organisation du dispositif de lutte contre l’immigration clandestine

- Accroissement des capacités d’appui aérien (augmentation des rotations hélicoptères)

-  Création d’un groupe d’enquête interservices contre l’immigration irrégulière

-  Proposition de nomination d’un officier de liaison au sein du ministère de l’Intérieur comorien afin d’améliorer le dispositif de lutte contre l’immigration clandestine et la lutte contre les filières