L’art pour sortir de la galère [Vidéo]

Apt concert
© Angélique Le Bouter | Le groupe eXDF avec Joël Manglou, à Apt

Des pratiques artistiques pour retrouver confiance. Voilà comment la fondation Abbé Pierre présente le festival « C’est pas du Luxe », deux jours durant lesquels des productions en tout genre envahissent la petite ville d’Apt, dans le Vaucluse. Des Réunionnais ont fait le voyage.

Angélique Le Bouter Publié le , mis à jour le

Théâtre, cirque, danse, musique, poésie, photo… La programmation de "C'est pas du luxe" est éclectique mais toutes les œuvres ont un point commun : elles ont été réalisées par des personnes en situation de précarité. Toutes fréquentent les boutiques solidarité ou les pensions de famille du réseau de la Fondation Abbé Pierre.
 
Au total, une cinquantaine de groupe d’artistes a déferlé sur la petite ville du Vaucluse, pour présenter leurs œuvres et participer à des ateliers. Parmi eux, deux groupes de Saint-Joseph à la Réunion.
 
Six jeunes de « l'Association des Jeunes Majeurs en Dynamique » sont venus présenter « Effet Mer », un court-métrage dans lequel ils racontent leur quotidien pas toujours rose. Le groupe eXDF, formé à la boutique Solidarité, propose lui son spectacle musical « Le Tour de Mon Péi » avec la participation d l’artiste réunionnais Joël Manglou.
 

Patrice Guichard, animateur à la boutique solidarité de St Joseph (La Réunion)
Patrice Guichard
© Angélique Le Bouter
« Le groupe eXDF est né à la boutique solidarité de St Joseph où on a mutualisé les compétences de chaque personne, qui ont voulu mener un projet en commun.
On travaille dans un accueil de jour où toutes les personnes sont amenées à se fréquenter quotidiennement. Donc, ensemble, on a décidé de créer ce groupe eXDF. En créant ces repères quotidiens, il y a eu une certaine fusion, une certaine confiance qui s’est installée, ce qui nous a amené sur ce festival de la Fondation Abbé Pierre « C’est pas du Luxe ».
L’idée, c’est de prouver qu’à travers un projet, on arrive à se construire, à se transformer à l’intérieur et reprendre confiance en soi tout naturellement. La confiance en soi, ça passe par l’estime qu’on a de soi, ce qu’on a à l’intérieur, ce qu’on peut dégager. On a décidé de monter un spectacle qui s’appelle Le Tour Mon Péi. Parce que la musique, c’est quelque chose qu’ils avaient en eux. Ce sont des musiques créoles essentiellement, qui parle de joie, d’amour, de partage, d’entraide. »
 
Vincent Angama, Membre des EXDF
Vincent Angama
© Angélique Le Bouter
« C’est énorme ! Tout se bouscule dans nos têtes. Ce festival, c’est une expérience formidable qui restera gravé à vie. Avant chaque concert, je suis toujours un peu nerveux, mais une fois les deux premières notes lancées, avec la musique, le stress s’en va assez vite. On reçoit beaucoup des habitants de la ville, du public aussi.»
 
Patrick Chassignet, responsable du festival « C’est pas du Luxe »
Patrick Chassignet
© Angélique Le Bouter
« L’objectif du festival, c’est d’abord de mettre en valeur des œuvres artistiques qui ont été conçues par des personnes en situation de précarité. C’est de montrer que les personnes en situation de fragilité sont capable de donner, de produire du beau, de l’émotion pour tout un chacun. C’est d’abord de montrer que les gens précaires ne sont pas que des gens qui profitent d’un dispositif. Mais c’est aussi des gens qui sont capables de produire des belles choses. C’est aussi parfois une manière de retrouver de l’estime de soi, de redonner sens à sa vie."
 
"On a été génialement accueillis par la ville d’Apt, les habitants, les associations qui se sont mobilisés de manière extraordinaire en très peu de temps pour nous accueillir et participer à cet événement. L’ambiance est excellente. Ce temps de festival, il est aussi pour rapprocher les gens. Mieux se connaître, mieux s’apprécier, mieux se reconnaître. »
 

Regardez le reportage 

Regardez le reportage d'Angélique Le Bouter, Jean-Pierre Magnaudet et Raël Moine (Outre-mer 1ère / France Ô) :