COP21 : mise en jambes à l’Elysée à moins de trois mois de la Conférence climat

De gauche à droite : Laurence Tubiana, Anne Hidalgo, Najat Vallaud-Belkacem, Michel Sapin, Nicolas Hulot, Segolene Royal, Francois Hollande, Manuel Valls, Laurent Fabius, Annick Girardin à l’Elysée
© PATRICK KOVARIK / AFP | De gauche à droite : Laurence Tubiana, Anne Hidalgo, Najat Vallaud-Belkacem, Michel Sapin, Nicolas Hulot, Ségolène Royal, François Hollande, Manuel Valls, Laurent Fabius, Annick Girardin à l’Elysée

Dans moins de trois mois maintenant la Conférence climat va ouvrir ses portes à Paris-Le Bourget. François Hollande a tenu à réunir ce matin tous les ministres, scientifiques et artistes impliqués dans cette fameuse COP21. Victorin Lurel et Annick Girardin y étaient. 

Cécile Baquey
Publié le , mis à jour le

François Hollande et son gouvernement ont lancé ce jeudi à l'Elysée la mobilisation française pour la conférence de l’ONU sur le climat. La COP21 (la 21e conférence des parties) se tiendra du 30 novembre au 11 décembre à Paris-Le Bourget. La matinée a débuté par le discours de Manuel Valls qui a confirmé ce jeudi la suppression "immédiate" des crédits à l'exportation pour les centrales à charbon dénuées de dispositifs de capture et de stockage du CO2. Ces aides bénéficiaient essentiellement à l’entreprise Alstom.
 

La COP21 doit réussir, c'est "vital"

Laurent Fabius a ensuite fait un discours très court pour insister sur le côté vital de cette Conférence climat. « C’est vital, car c’est notre vie qui est en cause », a-t-il affirmé. « En luttant contre le réchauffement climatique, ça va créer des emplois », a conclut le ministre des Affaires étrangères en charge de la COP21.
 

Le constat terrifiant de Ségolène Royal

La ministre de l’Ecologie a été beaucoup plus prolixe sur le sujet. Ségolène Royal a cité pêle-mêle, la menace d’une 6e extinction de biodiversité, la pollution des déchets en mer qui forment cinq continents de plastique. Elle a aussi fait part de sa crainte en raison du "risque sanitaire" que représentent la dengue et le paludisme en progression géographiquement du fait du réchauffement climatique. On trouve maintenant des moustiques tigre en métropole qui "prolifèrent", dit-elle.
 

La voix des Outre-mer

Le président de la Région Guadeloupe, Victorin Lurel a pu aussi faire part de ses inquiétudes concernant les brumes de sable et les algues sargasses qui empoissonnent la vie des Antillais et des Guyanais. L’ancien ministre des Outre-mer s’est fait l’ambassadeur des collectivités d’Outre-mer qui innovent. Il a cité La Réunion en pointe sur le stockage de l’énergie solaire, la Martinique et ses projets en matière d’énergie thermique des mers et enfin la Polynésie où deux hôtels sont climatisés grâce à l’eau froide des mers (dispositif SWAC, Sea water Air conditioning).

Victorin Lurel à l'Elysée
© Julie Straboni | Victorin Lurel à l'Elysée

La secrétaire d'Etat plaide pour les Etats les plus petits

La secrétaire d’Etat au développement, Annick Girardin s’est fait le porte-parole des Etats les plus petits. « Les plus vulnérables doivent être entendus », a souligné la Saint-pierraise. Une position qu’elle a confirmée dans ce tweet :
 
Ecoutez Annick Girardin. Des propos recueillis par Julie Straboni d'Outremer 1ère :


        
Lors de ce grand raout pré-COP21 à l’Elysée, le clip officiel de la Conférence climat a été projeté. La1ère vous propose de le regarder :
 


Objectif : réduite les émissions

Lors de la COP21, environ 195 Etats tenteront de s'accorder pour limiter le réchauffement planétaire, lié aux émissions de gaz à effet de serre. De nombreux scientifiques s’accordent à dire que si l’on ne respecte pas l’objectif de + 2° d’ici à la fin du siècle, on ne maîtrisera plus notre climat. Lors de sa conférence de presse semestrielle lundi dernier, François Hollande avait mis en garde contre les "risques d'échec" de la COP, appelant ses participants à un "sursaut" notamment en matière de contributions financières aux politiques climatiques dans les pays pauvres.