Le Guadeloupéen Teddy Valcy condamné à quatre ans de prison pour trafic d'arme

Teddy Valcy
© LP | La cour d'appel de Paris rendra sa décision le 2 juillet prochain.

Accusé de trafic d'arme, Teddy Valcy a été condamné, ce jeudi 2 juillet, à quatre ans de prison, par la cour d’appel de Paris. Une peine plus lourde qu’en première instance. Son avocat Eddy Arneton estime que son client paie "pour ses liens avec Kouachi et Coulibaly".

Laura Philippon
Publié le , mis à jour le

La décision a été rendue ce jeudi 2 juillet par la cour d’appel de Paris. Teddy Valcy est condamné à quatre ans de prison pour associations de malfaiteurs en vue d’un trafic d’arme. En mai dernier, l'avocat général avait requis sept ans de prison. "Cette peine est injuste", s’indigne son avocat Maître Eddy Arneton qui estime que son client paie pour "ses liens avec Kouachi et Coulibaly".

"En première instance, l’année dernière, Monsieur Valcy avait écopé de deux ans, mais cette condamnation a été alourdie en raison des attentats qui ont eu lieu en janvier", avance Eddy Arneton qui déplore que "cela fasse partie des non-dits". "Personne n’en parle, mais c’est en filigrane de l’affaire, remarque l’avocat. Le dossier est vide, les éléments matériels manquent, et la condamnation est doublée…" Dans les jours qui viennent, Teddy Valcy devrait décider s’il souhaite se pourvoir en cassation.

Le Guadeloupéen Teddy Valcy condamné à quatre ans de prison pour trafic d'arme
© LP | Me Eddy Arneton, avocat de Teddy Valcy.

Quels liens avec Kouachi et Coulibaly ?

Teddy Valcy a appris sa condamnation de la prison de Réau où il est actuellement incarcéré pour une autre affaire dans laquelle il avait comparu aux côtés de Kouachi et Coulibaly, auteurs des attentats de janvier.

Ensemble, ils avaient été condamnés en 2013 pour avoir élaboré un projet d’évasion d’une figure de l’islamisme radical. Teddy Valcy avait été relaxé en 2013 des accusations de terrorisme, mais ces deux noms, Kouachi et Coulibaly, auteurs des attentats de janvier, figurent toujours dans son dossier.

Un placement à l’isolement dénoncé

Des noms qui lui valent aussi d’être maintenu à l’isolement. Il y est placé depuis cinq ans. Une mesure carcérale que dénonce son avocat estimant que "cet homme est victime d’un acharnement judiciaire".

En avril dernier, Maître Arneton avait attaqué le ministère de la Justice pour dénoncer ce maintien à l’isolement de son client. Une requête préalable indemnitaire avait été lancée. En l’absence de réponse de la part de la Garde des Sceaux, cette requête devrait être présentée dans les jours qui viennent au Tribunal Administratif de Melun.