Jay Z et Beyonce auraient payé les cautions de manifestants à Ferguson et Baltimore

Jay-Z et Beyonce
© TIMOTHY A. CLARY / AFP | Jay-Z et Beyonce auraient versé de l’argent pour payer les cautions de manifestants arrêtées à Ferguson et Baltimore.

Jay Z et sa femme Beyonce auraient payé les cautions de manifestants à Ferguson et Baltimore, aux Etats-Unis. Le couple de milliardaires du showbiz aurait aussi financé le mouvement "Black Lives Matter". Ces informations ont été révélées sur Twitter, ce dimanche.

la1ère (avec AFP) Publié le , mis à jour le

Jay Z et sa femme Beyonce auraient versé de l’argent pour payer les cautions de manifestants arrêtées à Ferguson et Baltimore, aux Etats-Unis. C’était lors des émeutes contre les violences policières envers les Noirs.

L’écrivaine et militante, Dream Hampton, qui a travaillé sur les mémoires de Jay Z, "Decoded", publiés en 2010, a fait ces révélations dans une série de tweets postés dimanche puis vite effacés. Dream Hampton a ensuite tweeté : "Rappelez-moi de ne plus jamais tweeter".


"Il a viré des milliers de dollars en quelques minutes"

"Quand nous avions besoin d'argent pour les cautions de manifestants à Baltimore, j'ai demandé à Jay, comme je l'avais fait pour Ferguson, et il a viré des milliers de dollars en quelques minutes", a écrit Dream Hampton dans l'un des messages publiés sur Twitter.

Le couple de musiciens milliardaires aurait également signé un "gros chèque" pour soutenir le mouvement naissant "Black Lives Matter" ("Les vies des Noirs comptent"), l'un des slogans les plus utilisés lors de ces manifestations.

L’écrivaine Dream Hampton a également indiqué avoir effacé ses tweets, pour ne pas agacer Jay Z, qui souhaite rester discret sur son action.

Des manifestations violentes

Des manifestations, parfois violentes, ont eu lieu à travers les Etats-Unis après la mort de Michael Brown en août 2014, à Ferguson et en novembre, après l'acquittement du policier qui l'avait abattu.

Fin avril, le décès de Freddie Gray, à l'issue d'une interpellation musclée avait conduit au même scénario. Plusieurs manifestations violentes avait éclaté à Baltimore.

Des réactions par la musique

Ces événements avaient suscité l'indignation de Christiane Taubira. Dans un tweet, la ministre de la Justice, avait emprunté au chanteur Bob Marley les paroles de la chanson "I shot the sheriff". "Kill them before they grow" qui peut se traduire par "Tuez-les avant qu'ils ne grandissent".

Taubira Ferguson
© DR


C’est aussi par la musique que Prince s’est exprimé le 11 mai dernier. Le chanteur a donné un "concert pour la paix" à Baltimore. Il a chanté un morceau écrit pour l'occasion et intitulé "Baltimore". "Sans justice, il ne peut y avoir de paix", a chanté Prince.

Ecoutez ci-dessous "Baltimore" de Prince :