Nouvelle-Calédonie : un comité des signataires exceptionnel aura lieu à Paris, début juin

Nouvelle-Calédonie : un comité des signataires exceptionnel aura lieu à Paris, début juin
© Capture d'écran / vidéos Assemblée nationale | À l'Assemblée nationale, ce mardi 5 mai, le Premier ministre, Manuel Valls a confirmé la tenue d'un comité des signataires exceptionnel, début juin, à Paris.

À l'Assemblée nationale, ce mardi 5 mai, le Premier ministre, Manuel Valls a confirmé la tenue d'un comité des signataires exceptionnel, début juin, à Paris. Il sera question des amendements réclamés par le congrès calédonien concernant le corps électoral appelé à voter d'ici 2018.

Laura Philippon
Publié le , mis à jour le

Lors des questions au gouvernement, ce mardi 5 mai, à l'Assemblée nationale, le député de Nouvelle-Calédonie a interpellé le Premier ministre, Manuel Valls. "Les Calédoniens doutent", a lancé à plusieurs reprises Philippe Gomès dans l'hémicycle.

"Le projet de loi organique qui sera prochainement examiné par l'Assemblée est discriminatoire", a poursuivi le député qui a ensuite interrogé le Premier ministre : "est-ce que vous vous engagez à ce que la politique de votre gouvernement, qui sera menée en Nouvelle-Calédonie, ne soit pas en faveur d'une sensibilité et au détriment d'une autre ?"

Des discussions avant l'examen du projet de loi organique au Sénat

Dans sa réponse, Manuel Valls, a confirmé la tenue d'un comité des signataires exceptionnel début juin, à Paris. A l'ordre du jour : les amendements concernant le corps électoral appelé à voter d'ici 2018 pour le référendum d'autodétermination.

Le projet de loi organique du gouvernement sera examiné au sénat, en juin, mais le congrès de Nouvelle-Calédonie a émis une série d'amendements. "Le gouvernement a fait part de son ouverture d'esprit sur un certains de ces amendements, a déclaré le Premier ministre. Le temps qui nous sépare de l'examen en séance doit nous permettre de travailler ces sujets, ensemble." »

"Tous les partenaires souhaitent que l'inscription sur les listes électorales soit la plus facile possible pour les personnes appelées à participer au scrutin, mais dans le même temps, il faut s'assurer que toutes les conditions juridiques sont réunies pour respecter l'accord de Nouméa qui a valeur constitutionnelle," a rappelé le Premier ministre, Manuel Valls.

Regardez cet échange ici :