Archives d'Outre-mer – 1991 : l’usage de la langue française en Outre-mer

st denis réunion
© DR | A Saint-Denis de la Réunion, dans les années 1990.

Les week-ends, La1ere.fr vous propose un voyage dans le temps et l’histoire avec les archives de l'Institut national de l'audiovisuel (Ina). En 1991, le journal télévisé de RFO faisait le point sur l’usage du français dans les départements et territoires d’Outre-mer. 

Philippe Triay
Publié le , mis à jour le

Il y a de cela 25 ans, selon les chiffres du Haut conseil pour la francophonie basés sur l’année 1990, le français était la langue la plus parlée dans les départements et territoires d’Outre-mer. A l’époque, dans les départements français des Amériques, Martiniquais et Guadeloupéens étaient francophones à 80 %, contre 73 % en Guyane.
 
Dans l’océan Indien, 80 % des Réunionnais étaient francophones. A Mayotte par contre, seuls 33 % maîtrisaient la langue française. Pour le Pacifique, les chiffres étaient de 80 % de locuteurs français pour la Nouvelle-Calédonie, 80 % pour la Polynésie (en situation de bilinguisme officiel), et de 66 % environ pour Wallis et Futuna.
                
Mais « la palme de la francophonie en Outre-mer revient incontestablement à l’archipel de Saint-Pierre et Miquelon », soulignait le reportage, où 100 % des habitants maîtrisent le français. Conjointement à l’idiome de Molière, il faut noter aussi la pratique de nombreuses langues régionales comme le créole, le tahitien, le shimaore (Mayotte), le wallisien et bien d’autres langues mélanésiennes.
 

REGARDEZ : l’usage de la langue française en Outre-mer (RFO, novembre 1991)

Source : Ina