Attentat de Montrouge : "Si je n'avais pas eu mon accident, Clarissa Jean-Philippe serait en vie"

Attentat de Montrouge : "Si je n'avais pas eu mon accident, Clarissa Jean-Philippe serait en vie"
© Capture d'écran / BFM TV | Victime d'un accident de voiture au moment de l'attentat de Montrouge, Anne témoigne, ce mardi, sur BFM TV.

Trois mois après le drame, Anne témoigne pour la première fois sur BFM TV. Au lendemain de l’attentat contre Charlie Hebdo, la jeune femme a eu un accident de voiture à Montrouge. Quelques minutes plus tard, la policière martiniquaise Clarissa Jean-Philippe était tuée par Amedy Coulibaly.

la1ère.fr Publié le , mis à jour le

Elle est la dernière personne à avoir parlé avec Clarissa Jean-Philippe. Le 8 janvier dernier, Anne est victime d’un accident de la route, sans gravité, alors qu’elle se rend au travail. La jeune policière martiniquaise, Clarissa Jean-Philippe, intervient sur les lieux de la collision. "Elle a cherché à me rassurer, en me disant que tout le monde allait bien, que l'essentiel était là", se souvient Anne, ce mardi sur BFM TV.

Ce contenu n'est plus disponible

Lors de l’accident, qui se produit le lendemain de l’attaque contre Charlie Hebdo, Clarissa Jean-Philippe intervient sur les lieux avec son coéquipier de la police municipale de Montrouge. Des tirs, des cris, en l’espace d’une seconde, la situation vire au drame. "Je reconnais le bruit d'une arme à feu. Ce qui m'a fait me protéger, c'est un monsieur qui m'a dit 'il y a un tueur, il a tué la policière, cachez-vous'", raconte Anne sur BFM TV.

Le cri du coéquipier de Clarissa

Transportée à l’hôpital, avec d’autres témoins, Anne espère que Clarissa Jean-Philippe va s'en sortir malgré les blessures. Jusqu’au moment où "une chaîne d'info annonce la mort de Clarissa. Et là je me souviendrai toujours du cri de l'agent de police. Je me dis que si je n'avais pas eu mon accident, elle serait encore en vie", confie Anne.

Dans son témoignage, la jeune femme poursuit : "la police m'a dit que cet homme était armé, qu'il avait un projet. Qu'il y avait une école juive juste à côté de là où j'ai eu mon accident, et que l'accident a perturbé ses plans. A défaut de pouvoir tuer les enfants d'une école juive, il a tué une policière".

Fleurs déposées en hommage à Clarissa Jean-Philippe à Montrouge
© CB | Fleurs déposées en hommage à Clarissa Jean-Philippe à Montrouge


"Je penserai toujours à Clarissa et sa famille"

Lors de l’enterrement de Clarissa Jean-Philippe, Anne a envoyé des fleurs à la famille de la jeune policière martiniquaise. "Ma dernière pensée c'est pour Clarissa et sa famille. Je penserai toujours à eux".