Florence Arthaud, la "petite fiancée de l'Atlantique", une femme anticoformiste (portrait)

Florence Arthaud 1990
© MARCEL MOCHET / AFP | Florence Arthaud lors de sa victoire en 1990 dans la Route du Rhum

Florence Arthaud est morte, à 57 ans, dans le crash d'hélicoptère en Argentine qui a fait 10 victimes au total. Dans la mémoire collective, elle restera cette impétueuse navigatrice qui remporta la Route du Rhum en 1990. La "petite fiancée de l'Atlantique" avait une sacrée personnalité. Portrait.

David Ponchelet
Publié le , mis à jour le

Dans la mémoire collective, restera l'image de cette jeune femme dans le soleil couchant de Guadeloupe. Juchée sur son immense trimaran dorée, elle jubile, elle bondit, elle sourit, elle rayonne. Solaire, forcément. En 1990, Florence Arthaud entre dans la légende de la voile en remportant au nez et à la barbe des vieux loups de mer la mythique Route du Rhum.

Regardez ces images de 1990 (archives INA)  :


Suprême honneur, Florence Arthaud recevra à son arrivée à Pointe-à-Pitre un télégramme signé d'Eric Tabarly :

Bravo Florence,
tu es un grand marin"

 





"Envoyez vos filles au cours de voile"

Au delà de cette victoire mythique, Florence Arthaud était une femme entière, qui aimait les plaisirs de la vie. Et qui défendait ardemment la cause des femmes dans un milieu d'hommes. En 2010, au départ de la Route du Rhum à Saint-Malo, lors d'une interview pour Radio Outre-mer 1ère, elle donnait ce conseil : "Envoyez les filles au cours de voile, plutôt qu'au cours de danse".

Ecoutez Florence Arthaud :


"Le diable n'a pas voulu de moi" 

Installée à Marseille depuis quelques années, elle aimait naviguer en Méditerranée. En 2011, elle avait frôlé la mort alors qu'elle se trouvait seule à bord. Dans la nuit, elle était tombée à l'eau au large du Cap Corse. Elle ne portait sur elle qu'une lampe frontale et un téléphone étanche avec lequel elle put appeler sa mère. Finalement secourue, indemne malgré une sérieuse hypothermie, après plusieurs heures dans l'eau, comme à son habitude, Florence Arthaud s'était amusée de la situation, confiant, en riant, à une amie :

"Tu vois,  le diable n'a pas voulu de moi".






Une femme libre, anticonformiste

Ainsi était Florence Arthaud.  Une femme libre, anticonformiste, refusant de faire des concessions. Elle faisait partie intégrante de l'époque des pionniers de la course au large, les Tabarly, Birch, Kersauzon, et Poupon.


Depuis sa victoire dans la Route du Rhum en 1990, le monde de la voile de compétition a énormément évolué. Les pionniers ont laissé place à des professionnels structurés, les Cammas, Gabart, Lagravière. Des marins-chefs d'entreprise, appuyés par de gros sponsors, qui ne laissent rien au hasard.

Florence Arthaud avait du mal à trouver sa place dans ce milieu devenu très aseptisé. En 2010, elle espérait à nouveau s'aligner sur un géant des mers, mais les sponsors n'avaient pas répondu à ses sollicitations. "C'est peut-être parce que je suis trop vieille, parce que je suis devenue la vieille dame de la mer", lançait-elle dans un sourire.  

 

Ecoutez sa biographie 

Martin Baumer, de Radio Outre-mer 1ère, revient sur le parcours de Florence Arthaud :