Les mauvais chiffres du logement dans les Outre-mer

hlm martinique
© AFP PHOTO JULIEN TACK | Des enfants de la cité Les Tourelles au Lamentin, en Martinique, jouent devant leurs HLM

Pas assez de logements sociaux et trop de logements insalubres. C'est le constat alarmant dressé par la Confédération nationale du logement (CNL) se basant sur des chiffres collectés à la Réunion et en Guadeloupe.

Maïté Koda
Publié le , mis à jour le

"Il manque aujourd'hui près de 100 000 logements sur l'ensemble des territoires d'Outre-mer", alerte la CNL. Cent mille logements manquants pour une population totale estimée à près de 3 millions d'habitants. Et pourtant, ajoute la confédération dans un rapport adressé au ministère des Outre-mer, la population éligible au logement social dans ces mêmes territoires s'élève à 80% des ménages, contre 66% dans l'Hexagone.
 
Logements insalubres
D'autre part, les logements disponibles sont trop souvent en très mauvais état. Ainsi en Guadeloupe, la CNL estime que 18 000 logements en Guadeloupe et 30 000 à la Réunion sont indécents ou  insalubres. Les propriétaires, alertés,  ne "réagissent pas et continuent à laisser des milliers de personnes vivre dans des conditions inhumaines",écrivent les défenseurs des locataires.

Poursuivre les efforts
Pour autant, il n'est pas question  pour la CNL de nier tout impact de l'action gouvernementale en la matière. "En 2013, la construction de 18 826 logements sociaux a été autorisés dans les Drom, et 13 119 logements ont commencé à voir le jour", écrivent les responsables de la confédération qui regrettent néanmoins que les efforts fournis "ne suffisent pas".
 
Des contrôles réguliers
Ces derniers réclament des mesures pour limiter les débordements. Notamment la mise en place d'un contrôle effectif du montant des loyers, afin de garantir un écart d'environ 20% entre les loyers du parc privé et les loyers maximum des logements sociaux.
Autre mesure souhaitée: le recensement des risques d'exposition à l'amiante dans les habitations réunionnaises.

Vie chère et impayés de loyers
Parmi les chevaux de bataille de la CNL:  la vie chère et le faible pouvoir d'achat des Domiens. Depuis quelques années le nombre d'impayés de loyer explose, atteignant en 2013 un montant compris entre 10 et 13 millions d'euros, rien que pour la Réunion. Un chiffre conséquent et  "en progression constante ", assure la CNL. Celle-ci réclame à ce sujet une révision du forfait Dom pris en compte dans l'allocation de logement, et le gel des loyers dans tous les secteurs locatifs.

Le rapport de la CNL est rendu public quelque jours des élections des représentants des locataires HLM du 15 novembre au 15 décembre.