Vincent Beauvarlet, le "Ti pirate" de la Route du Rhum !

Vincent Beauvarlet / Ti Pirate
© David Ponchelet / la1ere.fr | "Ti Pirate", c'est le nom du trimaran de Vincent Beauvarlet

C'est un pari fou que tente le Guadeloupéen Vincent Beauvarlet. En marge du Rhum, il a quitté jeudi matin Cancale, près de Saint-Malo, pour mettre le cap sur Pointe-à-Pitre à bord d'un petit trimaran de 6 mètres 72. Un pirate au pays des corsaires. Récit exclusif. Images à venir sur Guadeloupe 1ère.

David Ponchelet (à Saint-Malo) Publié le , mis à jour le

Un (petit) pirate s'invite sur la Route du Rhum ! L'histoire paraît incroyable, à J-3 du départ de la plus célèbre des transats, elle est pourtant vraie.



Le skipper guadeloupéen Vincent Beauvarlet a annoncé la nuit dernière  sur son site internet et son compte twitter (ci-dessus) qu'il s'apprêtait, sans être inscrit officiellement parmi les 91 skippers engagés dans la dixième Route du Rhum, à effectuer le même parcours, entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre, sur un petit trimaran de sport de 6 mètres 72.
trimaran beauvarlet
© David Ponchelet / la1ere.fr
Son embarcation est presque moitié plus petite que le plus petit des bateau engagé officiellement sur la Route du Rhum.

Pourquoi en pirate ?

Si Vincent Beauvarlet décide de relier Saint-Malo à la Guadeloupe "en pirate", c'est parce qu'il n'est pas inscrit : son bateau trop petit aurait été refusé par les organisateurs. Il n'a pas non plus effectué la qualification nécessaire (une navigation de plusieurs centaines de miles en solitaire sur son bateau). Il explique également ne pas avoir trouvé de sponsor.
Vincent Beauvarlet
© David Ponchelet / la1ere.fr | Quelques minutes avant le départ, Beauvarlet prépare sa grand-voile


Une rude traversée

Vincent Beauvarlet espère mettre une vingtaine de jours pour arriver en Guadeloupe, autrement dit en même temps que les Class 40, les monocoques de 12 mètres qui constituent le plus gros de la flotte du Rhum.  Il ne compte pas faire d'escale (sauf souci technique) et a emmené de la nourriture et de l'eau pour 30 jours.

Il a quitté Cancale ce jeudi matin, par beau temps. Il était entouré d'une poignée d'amis, dont sa compagne et Vincent Lantin, skipper du Class 40 "Le slip français" qui, lui, prendra le départ officiel de la Route du Rhum dimanche prochain. 

En exclusivité pour Guadeloupe 1ère et Outre-mer 1ère, Vincent Beauvarlet explique qu'il a travaillé sur la préparation de  son trimaran (un bateau de série) pendant deux mois. Il craint particulièrement le passage du rail d'Ouessant, ainsi qu'un front météo assez perturbé qui approche actuellement de la Bretagne. Il estime qu'il ne dormira quasiment pas durant les trois premiers jours. "Après, tout ira bien", assure-t-il en riant franchement !
Ti Pirate, gros plan
© David Ponchelet / la1ere.fr

Images exlusives sur Guadeloupe 1ère

Guadeloupe 1ère et Outre-mer 1ère étaient les seuls médias présents ce jeudi matin à Cancale, lors du départ de Vincent Beauvarlet. Vous pourrez découvrir les premières images réalisées par Eric Stimpfling, dans le journal télé de Guadeloupe 1ère.
 

Bonus
 Vincent Beauvarlet explique également son défi dans une vidéo postée sur Youtube et disponible sur vincent-beauvarlet.com, le site internet qui permettra de suivre cette aventure un peu folle :

 

Qui est Vincent Beauvarlet ?

Né en Guadeloupe, Vincent Beauvarlet a 40 ans. Il a décroché plusieurs titres en planche à voile et en kite-surf. Il a également participé à plusieurs transats dont Québec Saint-Malo. En  2002, il avait monté un projet pour effectuer la Route du Rhum en 2002, mais il a dû renoncer au dernier moment. Le bateau, skippé par Claude Thellier, avait terminé en quatrième position dans sa catégorie.

L'an dernier, en octobre 2013, Vincent Beauvarlet s'était lancé dans un premier pari fou associé à Yvan Bourgnon : un tour du monde en catamaran de sport non habitable, avec escales. Parti de Vendée, après plusieurs étapes, Vincent Beauvarlet avait abandonné fin novembre aux Iles Canaries.
Vincent Beauvarlet, le dernier salut
© David Ponchelet / la1ere.fr | Vincent Beauvarlet salue avant une traversée de 3 500 milles nautiques, soit près de 7 000 kilomètres

 

Traversée sur un multicoque de sport : une première

Cette traversée de l'Atlantique en solitaire sur un multicoque d'une telle taille est une première. Si certains marins ont déjà effectué la traversée entre les Canaries ou Madère et les Antilles (ce fut le cas notamment de Laurent Bourgnon, lorsqu'il avait 20 ans), jamais une traversée n'a été entreprise entre les côtes bretonnes et les Antilles. 
La distance est de 3 542 milles, soit 6 560 kilomètres. 

En revanche, ce n'est pas la première fois que des skippers "pirates" prennent un départ parallèle à la Route du Rhum. En 1990, Bruno Peyron et Hervé Laurent s'étaient lancés en marge de l'épreuve. Cette année-là, la taille des multicoques était limitée à 60 pieds (18,28 mètres). Les bateaux de Peyron et Laurent étaient plus grands. Pas vraiment le même cas de figure que Vincent Beauvarlet aujourd'hui !