Masters 1000 Paris-Bercy : Gaël Monfils affronte ce soir Novak Djokovic en 8e de finale

monfils bercy 2
© AFP/MIGUEL MEDINA | Gaël Monfils lors de son match contre John Isner au Masters 1000 de Paris Bercy, le 29 octobre 2014.

Vainqueur de l’Américain John Isner mercredi (6-4, 7-6), Gaël Monfils va défier ce jeudi soir le numéro un mondial Novak Djokovic au Masters 1000 de Paris-Bercy. Un gros challenge pour le joueur antillais qui revient en forme après cinq semaines d’arrêt, pour cause de blessure au genou.

Philippe Triay
Publié le , mis à jour le

C’est le Gaël Monfils qu’on aime. Battant, inventif, accrocheur, facétieux… Mercredi soir à Bercy, « La Monf » a donné toute la mesure de son talent en battant la tête de série numéro 13, l’Américain John Isner, 6-4 7-6. Etonnant quand on sait que le Français ne s’est pas entraîné durant cinq semaines à cause de douleurs au genou.
 

Inclassable et surprenant

Mais c’est cela, Gaël Monfils. Défiant toutes les prévisions. Inclassable et surprenant. Face au géant Isner (2m10 et environ 100 kg) et ses services à près de 200 km/h, le tennisman antillais ne s’est pas laissé surprendre et a fait le break dans le premier set. Parfaitement maître de lui dans le second, il a su gagner les jeux sur son service avant de s’imposer dans le tie-break 7 à 4.
 
Aujourd’hui, en huitième de finale (à partir de 20h30 au Palais omnisports de Bercy), ce sera une autre paire de manche face au numéro un mondial Novak Djokovic. Le Serbe est un roc, physiquement et mentalement, et il faudra aller chercher la victoire avec ses tripes. Ceci dit, Gaël Monfils a montré de très bonnes qualités physiques lors de ses précédents matchs, sa vélocité et son amplitude habituelles ne semblent pas entamées par son manque d’entraînement. Et puis le Français joue chez lui, à Paris, devant un public tout acquis à sa cause. 
 

VERBATIM : Gaël Monfils après sa victoire sur John Isner

"Je monte en puissance progressivement. Je trouve que j'ai bien joué. C'est rare de dire ça, mais j'ai bien joué, j'ai été solide du début à la fin. Je n'ai pas eu trop de sautes de concentration. J'ai bien retourné, très bien servi. Pour l'instant, je suis content. A partir du moment où j'ai pris la décision de jouer, j'essaie de ne plus trop y penser (à son genou, ndlr). J'essaie de faire attention évidemment, mais en même temps je me suis reposé cinq semaines. Chaque jour, j'essaie de bien jouer, de bien récupérer, de faire du mieux que je peux."
(Le huitième de finale contre Novak Djokovic) : "Ca va être un gros match, forcément. J'ai peu de repères, donc je ne sais pas trop à quoi m'attendre. Je n'ai jamais vraiment réussi à trouver de solutions jusqu'au bout contre lui. Il a toujours eu une réponse à tout, donc j'espère que cette fois-ci ce sera différent".