"Exhibit B", exposition ou zoo humain?

Exhibit B
© FRANCK PENNANT / AFP | Exhibit B à l'Eglise des Célestins en Avignon (2013)

L'oeuvre du Sud africain Brett bailey doit être exposée en Décembre au 104 à Paris. Alors que l'artiste entend dénoncer la colonisation occidentale, la polémique ne faiblit pas sur le procédé utilisé: des tableaux vivants avec des comédiens amateurs noirs représentés en victimes de la colonisation. 

Maïté Koda
Publié le , mis à jour le

L'exposition est déjà annoncée sur le site du 104, haut lieu culturel parisien, financé par la municipalité. Les places sont en pré-vente, entre 12 et 15 euros; Pourtant l'exposition Exhibit B pourrait bien ne jamais accueillir de visiteurs parisiens. Programmée à Londres, l'exposition a été annulée après une vague de protestation. En cause: le concept même de l'exposition, qui vise, à l'aide de tableaux vivants, à recréer un semblant de zoo humain. Partout où elle passe l'exposition dérange, comme à Edimbourg cet été. Auparavant, le "zoo humain" était déjà passé par Avignon, et déjà une première fois par le 104, en 2013.
 
 
En créant "Exhibit B", Brett Bailey, un artiste blanc  sud-africain, qui a connu l'apartheid,  affirme avoir voulu  revenir sur le colonialisme français et belge dans les deux Congo.
 

Tableaux vivants

Au menu: des comédiens "performers" noirs, tous amateurs,  jouent les victimes immobiles de la colonisation. Pendant une vingtaine de minutes, le visiteur se promène donc entre des tableaux vivants représentants tour à tour, Saartjie Baartman, connue sous le nom de la Vénus hottentote, un réfugié somalien pieds et poings liés dans l'avion ou il décèdera de mauvais traitement policiers, une femme violée, une esclave…
 
Voir le reportage de France Ô réalisé en novembre 2013
##fr3r_https_disabled##

 
 
Reste que pour beaucoup cette mise en scène est d'un goût particulièrement douteux. Dans le Plus, le supplément du Nouvel Obs, un enseignant, John Mullen signe une tribune dénonçant une exposition raciste. "Créer un zoo humain ce n'est pas de l'art", écrit-il. " L’argent public ne doit pas être dépensé pour un ouvrage qui, incontestablement, n'est pas respectueux à l'encontre des groupes ethniques".
 

Une pétition demande son annulation

A Londres, l'exposition prévue en septembre a été annulée après que plus de 23 000 personnes ont signé une pétition demandant  son boycott. Sur ce même modèle, une pétition en ligne a été mise en place via le site Change.org en France, toujours à l'initiative de John Mullen. Adressée aux directeurs du centre 104 et du théâtre Gérard Philippe partenaire de l'événement,  ainsi qu'aux maires de Paris et de Saint-Denis, elle a reçu à ce jour 600 signatures.
 
affiche boycott
© DR

 
Reste à voir si le nombre de signatures requis sera atteint (l'objectif est fixé à un millier) et si une telle pétition peut avoir des répercussions sur la programmation du 104. En novembre 2013, l'exposition avait fait escale pendant 3 jours au 104 recevant des bons échos d'une critique ébranlée, mais séduite par le concept, à l'instar de cet article du blog du Monde Papalagui.