Le Dash-8 de retour à La Réunion la semaine prochaine

Dash 8
© Direction de la défense et de la sécurité civile (DDSC) | Avion Dash 8 Q 400 MR

C'est confimé : le Dash-8, l'avion bombardier d'eau partira de l'hexagone dans quelques jours pour arriver à La Réunion la semaine prochaine, sans doute le 25 septembre. Depuis le dernier gigantesque incendie du Maïdo en 2011, l'avion est un précieux soutien pour les pompiers de l'île.

David Ponchelet
Publié le , mis à jour le

C'est une source proche du ministère de l'Intérieur qui le confirme : cette année encore, le bombardier d'eau Dash-8 sera bien présent à La Réunion pour la saison chaude, propice aux incendies. L'avion quittera la base de la Sécurité Civile située à Marignane, sur l'aéroport de Marseille-Provence d'ici quelques jours, pour arriver à La Réunion afin d'être opérationnel dès le 25 septembre.

Atterrissage à Pierrefonds

L'autonomie en carburant de l'appareil étant limitée, il devra faire plusieurs escales techniques en Méditerranée et en Afrique, avant d'atteindre sa destination finale, l'aéroport de Pierrefonds, où est installé le pélicandrome qui permet son ravitaillement en produit retardant.

Une habitude depuis 2010

C'est en 2010 et 2011, lors des gigantesques incendies du Maïdo, que le Dash-8 est venu la première fois dans l'île.
En 2010, intervenant tardivement, l'avion bombardier d'eau n'avait effectué que peu de largages. Mais en 2011, il s'était montré très efficace contre le sinistre, ainsi que pour éteindre l'incendie médiatique : il faut rappeler que plusieurs élus locaux, dont Huguette Bello, avaient fait de l'arrivée du Dash une revendication politique, dénonçant le manque de mobilisation de Paris face à un incendie situé à 10 000 kilomètres de l'hexagone.  Face à la pression, le gouvernement Fillon avait finalement décidé d'envoyer non pas un, mais deux Dash-8. Des appareils qui avaient fait la preuve de leur efficacité.

2012 et 2013 : prévention

Depuis, la présence préventive du Dash-8 pendant la saison sèche est presque devenue une habitude. En 2012, il était arrivé le 12 octobre pour repartir le 17 décembre, effectuant 47 rotations : des vols de reconnaissance, mais aussi des largages sur douze zones d'incendies difficilement accessibles pour les pompiers au sol. 
En 2012, le coût de la venue du Dash-8 était évalué à 1,38 million d'Euros.

En 2013, le bombardier d'eau était arrivé le 2 octobre, restant jusqu'à la mi-décembre dans l'île. Il avait, cette fois encore, été très utile. Comme par exemple à Bras Panon le 21 octobre. regardez ce reportage réalisé par SH Peeters et Francis Bourgoin, Réunion 1ère :
DMCloud:118777
INCENDIE BRAS PANON
SH PEETERS - F BOURGOUIN

 

Le Dash-8 et les pyromanes

Ce n'est pas un secret : de nombreux départs de feux à La Réunion sont d'origine criminelle. En témoigne l'arrestation en février 2014 d'un caporal chef des pompiers, soupçonné d'être à l'origine des incendies du Maïdo. Le feu fascine, le Dash-8 également. Selon un ancien patron du SDIS, la présence du Dash-8 sur l'île peut en effet avoir un effet pervers, en attisant... la curiosité des pyromanes. En clair, certains esprits tordus provoqueraient des départs de feu uniquement pour avoir l'étrange plaisir d'assister à la spectaculaire intervention du Dash. Pour mémoire, un pyromane encourt devant la justice une peine de quinze ans de prison et 150 000 euros d'amende, selon le code pénal.